Programme

P084

Communication Affichée

Prise en charge des douleurs neuropathiques au Sénegal: Expérience du Centre National d’appareillage Orthopédique de Dakar.

Dr Ngor Side DIAGNEa, Dr Amadou Koura NDAOa, Dr Maouly FALLb, Pr Lalla Bouna SECKb, Pr Fatima LMIDMANIb, Pr Abdellatif EL FATIMIb

a CHU Fann, Centre National d'Appareillage Orthopedique, b CHU Fann, service de neurologie

Résumé: les douleurs neuropathiques sont graves et de prise en charge difficile. L’efficacité du traitement est jugée sur l’amélioration de la qualité de vie [1].
Objectifs et Méthodologie: Une étude prospective de 4 mois a été menée au Centre National d’Appareillage Orthopédique dont l’objectif a été d’apprécier les obstacles à l’instauration des recommandations internationales sur la prise en charge des douleurs neuropathiques. Les patients reçus pour des douleurs chroniques ont répondu aux questionnaires DN4 et ceux qui avaient des douleurs neuropathiques inclus. L’intensité de la douleur, le retentissement fonctionnel, et la qualité du sommeil, ont été évalués avant et après traitement. Les effets secondaires des médicaments, les raisons d’une non adhérence au traitement ont été notés et la conformité des examens complémentaires vérifiée.
Résultats: 53 patients avec un âge moyen de 50,22 ans ont été inclus. L’EVA moyen a été de 5,75. La marche était anormale dans 33,96% des cas, impossible (4 cas), la montée et descente des escaliers impossible (18,83%), le périmètre de marche inferieur à 1000m (18,86%) et 13,20% des patients étaient incapables de ramasser un objet à terre. Les activités professionnelles étaient suspendues dans 2 cas et le sommeil perturbé dans 33,96% des cas. Des examens complémentaires ont été demandés dans 54,71 % des cas dont 9,43% non conformes aux recommandations internationales. Le traitement de première intention a été l’Amitriptyline (54,71%) et a été responsable d’effets secondaires dans 3 cas. Après un recul de 2 mois, la reprise effective des différentes activités a été obtenue dans 94,53%.
Discussion et Conclusion: Même si la diminution de l’EVA au cours des douleurs neuropathiques sous traitement est parfois minime, le retentissement sur la qualité de vie doit être apprécié avant de conclure à une inefficacité thérapeutique. Le choix des molécules doit tenir compte de l’accessibilité du médicament. La rééducation doit être effectuée surtout en cas de retentissement fonctionnel et/ ou d’association à d’autres déficiences neurologiques.

Blond S*, N. Buisset, G. Touzet, N. Reyns, R. Martins. Techniques de neurostimulation et douleurs réfractaires. Annales de réadaptation et de médecine physique 51 (2008) 432-440.

Mots clés : douleur neuropathique