Programme

CO36-004

Communication Orale

Intérêt de la tache de » marche sur place » dans l’évaluation du freezing de patients vivant avec la maladie de Parkinson

M. Benoit SIJOBERTa, Mme Cindy LEBRUNb, M. Valentin BEGELb, Mlle Claudia VERNAc, Dr Giovanni CASTELNOVOd, Pr Simone DALLA BELLAd, Mme Christine COSTEa, Dr Christian GENYe

a INRIA-LIRMM, Montpellier, b M2H Euromov, Montpellier, c Centre Expert Parkinson, Montpellier, d Service de neurologie, CHU Caremeau Nimes, e Centre Expert Parkinson , Service de Neurologie, M2H-Euromov, Montpellier

Objectifs: Le freezing est un symptôme invalidant en rapport avec une incapacité transitoire à initier ou à maintenir la marche dans des circonstances de challenge postural, cognitif ou émotionnel. Son évaluation délicate repose sur les données d’auto-questionnaires, de marche en conditions expérimentales ou virtuelles. Nantel (2011) a proposé une nouvelle tâche de « marche sur place » corrélée au score d’auto-évaluation des patients. Cette difficulté à maintenir un rythme de marche peut être compensée par des indicages externes mettant en jeu un réseau sensori-moteur sous-tendant le processing temporel.

Matériel et méthode: 24 patients parkinsoniens été inclus dans l’analyse : 8 non freezers, 8 freezers occasionnels et 8 freezers sévères. Ils ont bénéficié d’une évaluation neurologique (MDS-UPDRS), cognitive (BREF, Moca), posturale (MiniBest-test). Le statut fonctionnel dans la vie quotidienne a été quantifié par des questionnaires . Il a été demandé aux patients d’omettre leur dernière prise médicamenteuse de L-Dopa. L’évaluation de la marche au cours d’un Timed Up and Go test, d’une marche de 20 m et d’un test de « marche sur place » d’une durée de 100 secondes sur 2 plateformes de force. La détection des épisodes de freezing a été effectuée à partir d’enregistrements vidéo. L’évaluation des capacités de perception sensori-motrices du rythme a été effectuée avec la batterie BAASTA

Résultats: L’analyse des premiers résultats montre une dissociation entre les données de l’auto-evaluation, des tests de marche sur place et de marche naturelle. Le freezing est notamment influencé par l’environnement émotionnel et la répétition des taches. Nos différences avec l’étude de Nantell peuvent être expliquées par nos conditions d’évaluation qui sont plus proches de la vie quotidienne des patients (sevrage dopaminergique de 4h versus 12h).

Discussion/conclusion: Le test de marche sur place montre des limites dans l'évaluation du freezing en condition de « on partiel ». L’analyse en cours des corrélations avec les données cinématiques de marche naturelle et les capacités de perception sensori-motrices du rythme permettra de préciser l’intérêt de cette nouvelle tâche. Nous explorons l’utilisation de capteurs inertiels positionnés sur les Membres Inférieurs, de façon à détecter les épisodes de freezing et à extraire des paramètres de marche en conditions écologiques.

Mots clés : freezing. Parkinson. Stepping in place. timing