Programme

CO37-007

Communication Orale

Indications multiples : tout en seul temps ou chirurgies séparées ?

Pr Bertrand COULETa, Dr Philippe DENORMANDIEb, Pr Christian FONTAINEc, Pr Isabelle LAFFONTd, Pr Bernard PARATTEe

a CHU de Montpellier, Département de Chirurgie Orthopédique, b Chirurgie Orthopédique, CHU Raymond Poincaré, 92380 Garches, c Chirurgie Orthopédique, CHU de Besançon, d MPR CHRU Montpellier, Euromov Université de Montpellier, e MPR CHU Besançon

La prise en charge chirurgicale d’un patient cérébrolésé est souvent envisagée à distance de l’accident initial et après une série d’hospitalisations plus ou moins longues. Plusieurs segments articulaires voire plusieurs membres peuvent nécessiter une prise en charge conjointe. Aucun consensus n’est strictement établi pour définir l’ordre et l’association éventuelle des gestes à réaliser. L’objectif de ce chapitre est de préciser les principes à connaître pour établir une stratégie de prise en charge globale de ces patients dont les quatre membres peuvent être atteints.

La chirurgie peut être envisagée à plusieurs phases de l’histoire de ces patients :

  • Précoce, en cas d’attitude vicieuse marquée (équin, flessum du coude ou du poignet…) bloquant la récupération fonctionnelle.
  • Secondaire, chez des patients retournés à domicile, avec une certaine autonomie et pour qui un programme chirurgical est envisagé afin d’en améliorer la fonction.
  • Tardives chez des patients souvent non fonctionnels, présentant des attitudes vicieuses gênant le nursing et à l’origine de troubles trophiques.

Quelques grands principes guident ces programmes de chirurgie multiple :

  • Regrouper au maximum les interventions de façon à limiter les hospitalisations.
  • Systématiquement associer les corrections de déformations de segments articulaires voisins et interdépendants : Hanche/Genou, Epaule/Coude, Avant et arrière-pied.
  • Corriger chaque membre dans son ensemble quand cela est possible.
  • Traiter les deux membres inférieurs dans le même temps, car que ce soit en vue d’une amélioration de la marche ou seulement une facilitation du nursing, une correction bilatérale si elle est nécessaire facilitera considérablement la période postopératoire.
  • La prise en charge conjointe des membres inférieur et supérieur est souhaitable pour limiter les périodes d’hospitalisation toujours difficile pour le patient. Le facteur limitant étant souvent la disponibilité des équipes chirurgicales et le fait de ne pas associer des programmes nécessitant en postopératoire des programmes rééducatifs trop complexes.
  • Certains gestes lourds chirurgicalement ne doivent être associés qu’avec prudence et en cas de nécessité.