Programme

P040

Communication Affichée

Le métronome aide-t-il vraiment les troubles temporels de marche de la maladie de Parkinson ?

Dr Thibault WARLOPa, Dr Baptiste CHEMINb, Mlle Charline CAMBIERc, Dr Sylvie NOZARADANb, Pr Christine DETREMBLEURd, Dr Frédéric CREVECOEURd, Pr Gaëtan STOQUARTa, Pr Anne JEANJEANe, Pr Thierry LEJEUNEa

a Cliniques universitaires Saint-Luc - Service de Médecine Physique et Réadaptation, b International Laboratory for Brain, Music and Sound Research, Montreal, Canada, c Université catholique de Louvain - Faculté des Sciences de la Motricité, d Université catholique de Louvain - Institut des Neurosciences, e Cliniques universitaires Saint-Luc - Service de Neurologie

Objectifs: L’absence d’organisation temporelle de la variabilité de durée du cycle de marche caractérise les troubles de marche présents dans la maladie de Parkinson (MP). Récemment, l’existence d’une organisation complexe, caractérisée par la présence d’autocorrélations à long-terme (ALT), a été démontrée au sein de la marche saine tandis que la perte de cette organisation a été associée à une instabilité dynamique dans MP. Afin d’améliorer ces troubles temporels, la synchronisation de la marche avec une stimulation rythmique auditive (SRA) comme la musique ou le métronome s’avère efficace dans MP. Cependant, alors que la structure de SRA peut moduler les ALT lors de la marche de sujets sains, cela reste inconnu dans la MP.

Matériel et méthode: Les patients ont réalisés 4 sessions de marche en écoutant différentes structures de SRA (i.e. aléatoire, strictement isochrone, avec ALT (H=0,8) et aucune) dans un ordre randomisé. Chaque SRA a été générée selon la cadence spontanée mesurée précédemment lors d’un test de 10m. La cadence, la vitesse, l’organisation temporelle (ALT) et la grandeur de la variabilité de durée du cycle de marche ont été étudiées sur 512 cycles de marche consécutifs. La présence d’ALT a été étudiée au moyen du calcul des exposants H (RRA) et α (PSD). Une ANOVA à mesure répétée a été utilisée comme analyse statistique.

Résultats/discussion: Nos résultats démontrent une modulation de l’organisation temporelle de la marche par différentes structures auditives dans la MP. Une correspondance entre les ALT de la marche et de la SRA a été observée indiquant une synchronisation et une forte adaptation de la marche à la SRA chez ces patients. Cependant, les ALT étaient systématiquement plus faibles avec la SRA qu’en condition de marche spontanée. De plus, la grandeur de la variabilité de durée du cycle de marche, la cadence, la vitesse et la longueur de foulée restaient similaires dans les différentes conditions. Conduisant à la dégradation des ALT, la stimulation auditive strictement métronomique ne semble pas être un moyen optimal d’améliorer les troubles temporels de la marche dans la MP. Des travaux futurs étudieront le niveau de complexité de la SRA nécessaire à l'amélioration de la marche dans MP.

Mots clés : Maladie de Parkinson, Métronome, Stimulation rythmique auditive, Autocorrélations à long-terme, Variabilité de marche, Paramètres spatiotemporels de marche, Stimulation externe