Programme

CO48-004

Communication Orale

Les comportements agressifs de la personne cérébro-lésée : la gestion de l’incertitude par les représentations.

Mme Magali HUETa, Pr Lionel DANYb, Pr Thémis APOSTOLIDISa

a Laboratoire de Psychologie Sociale, Aix-Marseille Université, b Laboratoire de Psychologie Sociale, Aix-Marseille Université et APHM, Timone, Service d’Oncologie Médicale

Les comportements agressifs de la personne cérébro-lésée mettent en difficulté le travail de soin et sont une source d’incertitude dans la relation thérapeutique. Ces troubles du comportement sont inhérents aux lésions cérébrales, à la personne et au contexte (Eames, 1988). La contextualisation de la relation thérapeutique (Morin & Apostolidis, 2002) permet de considérer le rôle des préconstruits psychosociaux dont ont recours les soignants pour structurer et maîtriser les situations critiques en orientant leurs actions.

Objectif : Notre étude cherche à mettre en évidence le rôle des représentations sociales (Jodelet, 1989) des aides-soignants à propos de la personne cérébro-lésée dans les ajustements entrepris par ces soignants pour construire et entretenir une relation thérapeutique de qualité dans un contexte d’incertitude.

Méthode : Des entretiens semi-directifs ont été réalisés avec des aides-soignants (n=23, 22 femmes, âge moyen 37,5 ans, ancienneté moyenne 8,5 ans) travaillant en institution d’accueil au long terme. Les entretiens ont fait l’objet d’une analyse de contenu thématique (Flick, 2014).

Résultats : L’analyse de contenu montre que les soignants se représentent la personne cérébro-lésée comme porteuse de troubles divers, multiples et changeant. Les aides-soignants présentent une organisation des profils séquellaires intégrant un profil particulier : les « frontaux ». Les contenus de ces représentations permettent d’expliquer les comportements agressifs selon la personnalité de la personne cérébro-lésée, les lésions cérébrales, les troubles cognitifs identifiés et les spécificités de son profil séquellaire. Ces connaissances communes permettent aux soignants de déterminer l’état de « conscience » de la personne à propos de son comportement agressif. L’analyse montre que les soignants ont recours à des pratiques de soin spécifiques selon cet état de « conscience ». Ces pratiques s’orientent sur la personne, sur l’environnement ou le soignant.

Discussion : Dans ce contexte de prise en charge des personnes cérébro-lésées, les aides-soignants expliquent les comportements agressifs en puisant dans des théories et étiologies communes leur permettant de mettre du sens aux situations de soins, de s’y adapter et de garantir le travail relationnel. La formation sur et par les représentations de soignants peut contribuer à une meilleure prise en charge des patients cérébro-lésés.

Mots clés : Comportements agressifs, Représentations sociales, Personne cérébro-lésée, Relation thérapeutique, Soignant