Programme

CO25-001

Communication Orale

Adaptations isocinétiques des muscles fléchisseurs et extenseurs du genou suite à un entrainement de marche active de six mois chez des femmes âgées sédentaires

Dr Pierre Louis BERNARDa, Dr Guillaume TALLONa, Pr Gregory NINOTb, Mme Audrey JAUSSENTc, Dr Olivier COSTESd, Dr Sofiane RAMDANIa, Mme Marie-Christine PICOTc, Pr Hubert BLAINe

a UFR APS. Euromov M2H, b UFR APS. Epsylon, c CHU montpellier. DIM, d DRJSCS Montpellier, e CHU Montpellier. Pole gérontologique A. Balmes

Objectif

Cette étude à pour objectif d’analyser l’influence d’un réentraînement de type marche active d’une durée de six mois à raison de trois séances hebdomadaires sur les forces maximales et les puissances moyennes des muscles quadriceps (Q) et ischio-jambiers (IJ) de femmes âgées sédentaires ostéopéniques.

Méthode et matériel

L'échantillon était composé de 121 femmes (65,5 +/- 4,2 ans) ayant un score moyen de 5.3 (+/- 1.7) au PASE (Physical Activity Scale for the Elderly) et de 86% de la distance attendue au TDM6 (Test de marche durant 6 mn). Les critères d’inclusion imposaient un sexe féminin, un âge entre 60 et 75 ans, un certificat médical, un PASE inférieur à 9.4 et un TDM6 inférieur à la norme. Les critères de non-inclusion intégraient la présence de troubles moteurs et neuro-cognitifs majeurs.

Les sujets ont été évalués sur dynamomètre isocinétique Biodex Système 3® en mode concentrique/concentrique sur une amplitude de 80°. L’évaluation débutait par une série de 5 répétitions à 60°/s puis 60 secondes de récupération avant 5 nouvelles répétitions à 180°/s. 5 minutes étaient nécessaires à l’installation de la personne pour l’évaluation du côté opposé.

La programmation prévoyait : 1) la mobilisation de 60% au début du cycle à 80% en fin de cycle de la fréquence cardiaque maximale; 2) une distance parcourue passant de 1500 à 4500 mètres; 3) Un temps d’effort de séance de 25 à 45 minutes au cours du cycle.

Résultats

L’entrainement entraine une augmentation significative de force maximale des IJ du coté dominant à 180°/sec (p<0.01). Il influence significativement les forces maximales au sein du groupe entrainé à 60°/sec pour les IJ tant du côté dominant (p<0.02) que du côté non-dominant (p<0.01). Pour les puissances moyennes, nous n’observons aucune influence significative de l’entrainent au cours du temps entre les deux groupes. Pour les IJ, nous observons une augmentation significative du groupe entrainé à 60°/sec du côté non-dominant (p<0.05).

Discussion

L’observation des interactions entre le temps d’entrainement de six mois et les deux groupes met en évidence que la marche active sur terrain plat influence de manière peu significative les forces maximales et les puissances moyennes des Q et des IJ de femmes sédentaires.