Programme

P018

Communication Affichée

L’anesthésie thermo-algique à l’origine de l’ostéoarthropathie neurogène ?

M. Julien SCHEMOULa, Pr Gilles RODEa, Dr Andre BASCHa, Pr François COTTONa

a chu

Introduction :

L’osteoarthropathie neurogène (OAN) de l’épaule est une maladie rare à la physiopathologie incertaine. Elle fait fréquemment découvrir une syringomyélie homolatérale, qui représente une des causes les plus fréquentes de l’OAN de l’épaule. La physiopathologie de l’OAN reposerait sur une déafférentation sensitive. Le cas de notre patient est original puisqu’il présente une OAN d’une épaule, sans anesthésie de la zone concernée mais avec uniquement un déficit thermoalgique.

Observation :

Le patient est tétraplégique C7 par luxation C6-C7 suite à un accident de la voie publique survenu en 1986. Il s’est plaint en 2013 d’une raideur de l’épaule gauche survenue progressivement sans évènement déclenchant. Les radiographies et la clinique nous ont orientés vers un diagnostic de capsulite rétractile associée à une omarthrose. Malgré une kinésithérapie bien suivie et une infiltration de corticoïdes intra-articulaire, les amplitudes articulaires ont progressivement diminué. L’examen neurologique montre un déficit sensitif, prédominant du côté gauche, qui s’est légèrement aggravé en 2013. A ce moment une IRM médullaire a montré de manière fortuite une syringomyélie C4-C5 postérolatérale gauche. Devant l’aggravation du tableau articulaire et l’apparition d’un appendement de l’épaule sur une radiographie, un scanner de l’épaule est demandé. Celui-ci montre alors une image compatible avec une ostéoarthropathie neurogène ipsilatérale.

Discussion :

La physiopathologie de l’OAN est incertaine, on émet deux hypothèses : la neuro-traumatique et la neuro-vasculaire. Les deux sont probablement intriquées et ont pour point de départ une déafférentation sensitive.

Ce qui est original dans notre cas c’est l’absence de déficit complet de la sensibilité fine de l’épaule, alors qu’il existe clairement une hypoesthésie thermo-algique de l’épaule. Cela est dû à la localisation postéro-latérale gauche de la syringomyélie et son volume peu important, qui entraine une compression sélective de certaines fibres nerveuses, en épargnant d’autres habituellement touchées dans les lésions médullaires.

Mots clés : osteoarthropathie neurogene, syringomyelie, tetraplegie, raideur de l epaule, deficit thermoalgique,