Programme

CO29-001

Communication Orale

La musique préférée peut-elle améliorer les capacités cognitives de patients en état de conscience altéré ?

Pr Jacques LUAUTÉa, M. Fabien PERRINb

a CHU de Lyon, PAM de Rééducation, b Equipe Cognition Auditive et Psychoacoustique, Centre de recherche en neurosciences de Lyon, CNRS UMR5292, inserm U1028, Université Lyon 1.

Depuis une dizaine d’année, de nombreuses études ont montré l’influence favorable de la musique sur les fonctions cognitives à la fois chez le sujet sain et le patient cérébro-lésé. Parmi les applications potentielles de la musique en rééducation neurologique, plusieurs travaux récents ont mis en avant l’intérêt de stimulations musicales chez les patients en éveil de coma pour améliorer la détection d’un état conscient ou pour favoriser la restauration d’une communication (Magee et al. 2015).

La plupart des travaux publiés sont des études de cas sans groupe contrôle ni mesures quantifiées et il est parfois difficile d’interpréter les résultats. Plusieurs études contrôlées ont été développés avec l’équipe Cognition Auditive et Psychoacoustique du centre de recherche en neurosciences de Lyon pour évaluer la spécificité des effets de la musique préférée en utilisant des mesure quantifiées et objectives.

Dans une première étude, les effets d’une stimulation musicale (musique préférée) sur la détection de la réponse évoquée auditive au propre prénom ont été comparés à ceux d’un son continu (condition controle) chez 13 patients ayant un trouble de conscience (Castro et al. 2015). Les résultats ont montré que la composante P300 était plus fréquemment observée lorsque le propre prénom était précédé d’une stimulation musicale par rapport au son continu.

Dans une seconde étude, les effets bénéfiques de la musique préférée sur le comportement relationnel de six patients en état de conscience minimale ont été comparés à ceux d’un son continu (Verger et al. 2014). Les résultats montrent que le niveau d’éveil relationnel était meilleur après la stimulation musicale par rapport à une stimulation neutre.

Ces résultats confirment que la musique préférée peut améliorer la détection de fonctions cognitives et certaines capacités de communication chez des patients en état de conscience altéré. Le caractère auto-biographique de la musique préférée ainsi que la dimension émotionnelle des stimulations musicales sont mis en avant pour expliquer ces effets.

Références :

Castro et al. Neurorehabilitation and Neural Repair. ahead of print.

Magee et al. Ann. N.Y. Acad. Sci. 1337 (2015) 256-262.

Verger et al. Rev Neurol. 2014 Nov;170(11):693-9.

Mots clés : Musique, trouble de conscience, potentiels évoqués