Programme

CO28-004

Communication Orale

Evaluation du tendon par élastométrie dans le cadre de tendinopathies d'Achille : Technique d'avenir?

Dr Fabrice MICHELa, Dr Jean Philippe NUEFFERa, Dr Pierre DECAVELa, Dr Etienne ALETONa, Pr Bernard PARRATTEa, Dr Sébastien AUBRYa

a CHRU Jean Minjoz

Objectifs: déterminer si les propriétés viscoélastiques du tendon d'Achille évaluées par élastographie par onde de cisaillement (SWE Supersonic°) sont modifiées lors des tendinopathies et définir les applications ultérieures de cette technique.

Patients et méthodes: 26 tendons anormaux (16 tendinopathies unilatérales et 5 bilatérales) à partir de 21 patients atteints de tendinopathie d'Achille, confirmée par imagerie, et 176 tendons normaux (16 patients pour le côté controlatéral et 80 volontaires sains étudiés de manière bilatérale) ont été inclus prospectivement et comparés. La vitesse moyenne sharewave (Vmoy) a été mesurée sur les images SWE axiales et sagittales avec deux positionnements de flexion passive de cheville (position 1: flexion plantaire maximale, position 2: flexion à 0 degré). La présence de zones de rupture était notée.

Résultats: En position 1, la Vmoy des tendons pathologiques était significativement inférieure à celle des tendons normaux controlatéraux sur les coupes sagittales (Δ=1,23 m/s, p=0,004) et axiales (Δ=0.68m/s, p=0,03). Les valeurs axiales étaient sensiblement inférieures par rapport aux tendons normaux (Δ=0.49m/s, p=0,01).

En position 2, les valeurs axiales étaient inférieures pour les tendons pathologiques: Vmoy inférieure de 1.14m/s par rapport à celui des tendons normaux controlatéraux, proche du seuil de significativité (p=0,07).

En position 2, la Vmoy des tendons pathologiques était significativement inférieure à celle des tendons normaux sur les coupes sagittales (Δ=1,26 m/s, p<0,001) et axiales (Δ=0.52m/s, p=0,05)

Dans le cadre des lésions fissuraires, la Vmoy était significativement inférieure à celle des tendons normaux sur les coupes sagittales et axiales dans les deux positions (p<0,001). Toutes les zones fissuraires (rupture partielle focale) (n=4) apparaissaient comme des zones vides de signal.

Conclusion: la Vmoy mesurée au niveau des tendons d’Achille pathologiques est significativement inférieure à celle des tendons normaux. Il n’y a pas de signal SWE retrouvé au sein des zones de rupture focale, considérées comme des « zones molles ».

La souplesse et l’élasticité du tendon, évaluées par SWE en temps réel, est un nouvel outil dans l'évaluation des tendinopathies d'Achille. SWE permet de fournir des paramètres quantitatifs permettant probablement d’évaluer la gravité des tendinopathies et de suivre l’effet des thérapeutiques.

Mots clés : tendon, échographie, évaluation