Programme

P019

Communication Affichée

Lésé médullaire: méconnaissance du symptôme douleur

Dr Zouhir BOUKARAa, Dr Lylia MAOUCHEb, Dr Selim ARBAOUIb, Dr Khadidja DOUEDa, Dr Sabah BENZAOUIb, Dr Chahinez LOUAZANIb, Dr Hania MECHERIb, Dr Fatma Zohra AMRIb

a Service MPR CHU Blida Faculté de Médecine Université Saad Dahlab Blida, b CHU Blida Algérie

Introduction

La douleur chez le lésé médullaire(LM) est fréquente, souvent méconnue. Les données les plus récentes faisant état d'au moins 80 % de patients douloureux, dont un tiers, avec des douleurs sévères. Elle est à l'origine d'une dégradation du sommeil et de la qualité de vie. Notre objectif est de reconnaître sa réalité dans la pratique et ressortir avec une approche thérapeutique correcte.

Matériel et méthodes

Etude rétrospective de 124 Dossiers suivis dans le Service MPR CHU Blida de 2004 à 2013

Résultats

La Prévalence de la douleur dans notre série est à 25%. La douleur chez les paraplégiques est à 16% ( 57% para basse) selon la Classification Siddall 2000, 10% chez les tétraplégiques (25% chez les tétra hautes ). La douleur neuropathique est estimée à 32.5%.

43.2 sont gênés dans leurs transferts, et 81% pour l'habillage. L'impact négatif sur le sommeil est évalué à 66% majorant l'état dépressif des malades dans 47 %. Malgré le traitement médical entrepris, notamment par les antiépileptiques (11%), et par les prégabalines (8%) les patients ont recours à une médecine parallèle 18%.

Discussion

La prévalence de la douleur dans notre série concorde avec les résultats de l'AFIGAP (1) . L’incidence de la douleur chez les paraplégiques et les tétraplégiques dans notre échantillon semble moins importante que dans la littérature, en rapport probable avec une sous évaluation. La douleur neuropathique est à 32.5%, proche des résultats de AFIGAP. Son impact sur la qualité de vie (habillage, transfert et sommeil) est majoré dans notre série en rapport avec les contraintes socio culturelles dans notre pays.

Conclusion

La douleur chez le blessé médullaire est fréquente mais souvent négligée. Plusieurs types de douleurs coexistent. La prise en charge ne doit pas se limiter au traitement spécifique des douleurs neuropathique, étant donné les risques d'échec thérapeutique et de retentissement négatif sur leurs qualité de vie.

L'absence d'unités ou Centres anti douleur référents, cause une errance des malades jusqu'au recours aux médecines parallèles.

1: Perrouin-Verbe B,et col. Clinical practice guidelines for chronic neuropathic pain in the spinal cord injury
patient: introduction and methodology. Ann Phys Rehabil Med. 2009

Mots clés : Lésé médullaire, douleur, prise en charge