Programme

P038

Communication Affichée

Etude de l’intérêt d’une seconde infiltration rapprochée de plasma riche en plaquettes pour traiter les tendinopathies patellaire proximales

Dr Jean-François KAUXa, Pr Jean-Louis CROISIERa, Pr Bénédicte FORTHOMMEa, Mme Caroline LE GOFFa, Dr Sandra DELCOURa, Pr André GOTHOTa, Pr Jean-Michel CRIELAARDa

a Université de Liège

Objectifs : Certaines études cliniques ont évalué l'effet de plasma riche en plaquettes (PRP) dans le traitement des tendinopathies patellaires. Bien qu'une seule infiltration puisse s’avérer efficace dans cette indication, la plupart des études existantes a évalué les effets de plusieurs infiltrations successives (2 ou 3). Le but de cette étude était d'évaluer si 2 infiltrations rapprochées (15 jours) de PRP s'avèrent plus efficace qu'une seul pour traiter les tendinopathies patellaires proximales.

Matériel et méthodes : Vingt patients souffrant de tendinopathie patellaire proximale chronique furent inclus dans notre étude prospective et randomisés en deux groupes (1 ou 2 infiltrations de PRP respectivement). L'évaluation lors du suivi de 3 mois comportait une échelle visuelle analogique de la douleur, des scores algo-fonctionnels (IKDC et VISA-P), un examen clinique avec un algomètre de pression, une évaluations isocinétique et un suivi échographique. Après 1 an, les sujets ont été contactés pour évaluer leur évolution fonctionnelle.

Résultats : La concentration de PRP employée pour chaque infiltration était similaire au sein des deux groupes et ne contenait aucun érythrocyte ni lymphocyte. Les résultats n’ont révélé aucune différence d’évolution clinique entre les 2 groupes.

Discussion - Conclusion : La comparaison entre 1 ou 2 infiltrations de PRP n'a révélé aucune différence entre les 2 groupes à court et à moyen terme. Il n’y a donc aucun intérêt à réaliser une seconde infiltration rapprochée de PRP pour traiter les tendinopathies patellaires proximales. Par contre, l’indication d’une seconde infiltration de PRP à plus long terme n’est pas évaluée.

Mots clés : Plasma riche en plaquette, tendinopathie patellaire, jumper's knee