Programme

CO46-002

Communication Orale

Intérêt de l'examen neuromoteur dans le dépistage précoce d'une paralysie cérébrale chez les enfants à risque au sein d'un réseau spécialisé

Pr Sameh GHROUBIa, Dr Wafa ELLEUCHa, Dr Saoussan MAHERSIa, Pr Fatma KAMMOUNb, Pr Nedia HMIDAc, Pr Chahinez TRIKIb, Pr Mohamed Habib ELLEUCHa

a Service de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Habib Bourguiba, Sfax, Tunisie, et Unité de recherche de l’évaluation des pathologies de l’appareil locomoteur UR12ES18, université de Sfax, b Service de neuropédiatrie, CHU Hedi Chaker, Sfax, Tunisie, c Service de néonatologie, CHU Hedi Chaker, Sfax, Tunisie

Objectif :

Repérer tôt les signes cliniques et paracliniques d’une paralysie cérébrale (PC) afin de proposer une prise en charge précoce.

Méthodes :

Etude prospective incluant 100 nouveaux-nés ayant des facteurs de risque de PC (âge gestationnel, poids de naissance, lésions cérébrales péri et néonatales). Le dépistage était réalisé au sein d’une consultation spécialisée se basant sur des signes cliniques (examen neurologique et bilan neuromoteur) et radiologiques (ETF, IRM). L’évaluation clinique était réalisée au 1er, 4ème, 9ème, 12ème, 18ème, 24ème mois et à 5 ans.

Résultats :

Les différents éléments cliniques étaient faiblement prédicteurs au cours du premier mois de vie. A 4 mois, les facteurs corrélés avec l’évolution vers la PC étaient la diminution de la mobilité spontanée des membres inférieurs et des membres inférieurs figés en extension dans les manœuvres de suspensions (p<0,001), un signe de babinski (p<0,001), ainsi que l’absence d’une préhension cubito-palmaire (p<0,01).

A 9 mois, nous avons trouvé plus de signes prédictifs d’évolution vers la PC, particulièrement la mauvaise tenue de la tête (p<0,001), la position assise non acquise (p<0,001), l’absence de préhension fine (p<0,001), le déficit de soulèvement des membres inférieurs, d’abduction de hanche, d’extension du genou aux inclinaisons latérales et tiré-assis (p<0,001), les ROT vifs (p = 0,004) et le signe de babinski (p<0,001).

A 12, 15 et 18 mois, l’examen neurologique révélait une hypertonie périphérique chez 62% des enfants.

A 24 mois, l’hypertonie périphérique était retrouvée seulement dans 43 % des cas. 38% des enfants avaient un niveau de développement psychomoteur adéquat et un examen neurologique normal d’où le diagnostic d’anomalies motrices transitoires (AMT) retenu. Pour l’imagerie, une ETF normale était significativement plus associée aux AMT que la PC (p<0,001).

Discussion :

L’examen neurologique avec l’étude des reflexes et du tonus musculaire est faiblement prédictif aux premiers mois de la vie. Le bilan neuromoteur avec l’étude des mouvements spontanés peut refléter des limitations fonctionnelles au cours des premiers mois et sont prédicteurs d’une PC ultérieure. La distinction entre PC et AMT reste cependant difficile et nécessite un suivi prolongé.

FREDERICK.B. Strategies for the early diagnosis of cerebral palsy. J Pediatr 2004;145:S8-S11

Mots clés : paralysie cérébrale, bilan neuromoteur, dépistage précoce, mouvement spontané