Programme

CO51-004

Communication Orale

Évaluation écologique des fonctions exécutives dans la vie quotidienne, au domicile et en contexte scolaire, après traumatisme crânien de l’enfant et de l’adolescent, à l’aide du questionnaire BRIEF

Dr Mathilde CHEVIGNARDa, Mme Bernadette KERROUCHEb, Dr Agata KRASNY-PACINIc, Mme Aude MARILLERa, Mme Emmanuelle PINEAU-CHARDONa, Mme Pauline NOTTEGHEMa, Mme Julie PRODHOMMEd, Pr Didier LE GALLe, Dr Jean-Luc ROULINf, Dr Nathalie FOURNETf, Dr Arnaud ROYe

a Service de Rééducation des Pathologies Neurologiques Acquises de l'Enfant - Hôpitaux de Saint Maurice, b Centre de Suivi et d’Insertion pour Enfants et Adolescents avec Lésion Cérébrale Acquise - Hôpitaux de Saint Maurice, c Institut Universitaire de Réadaptation Clemenceau - Strasbourg, d Service de Neurochirurgie, Hôpital Necker Enfants Malades, Paris, e Laboratoire de Psychologie, LUNAM, Université d’Angers, f Laboratoire de Neurocognition et de Psychologie, Université Savoie Mont-Blanc, Chambéry

Introduction : Un traumatisme crânien (TC) survenu dans l’enfance peut entraîner un syndrome dysexécutif cognitif et comportemental sévère, dont le retentissement peut être évalué de manière écologique par le questionnaire ‘Behavior Rating Inventory of Executive Function’ (BRIEF). Les objectifs de cette étude étaient de décrire le fonctionnement exécutif d’enfants/adolescents victimes de TC à l’aide du questionnaire BRIEF, de comparer les évaluations des parents et des enseignants, et d’analyser les facteurs prédictifs.

Méthode : Recueil du questionnaire BRIEF rempli lors de l’évaluation neuropsychologique des patients (5ans-17 ans 11mois) suivis dans un service de MPR dans les suites d’un TC. Recueil de caractéristiques démographiques et de sévérité du TC.

Résultats : 194 patients ont été inclus [142 garçons ; 13 TC légers, 12 TC modérés et 169 TC sévères (durée moyenne du coma 7,2 jours ; DS=6,5); âge de survenue 6,9 ans (DS=4,4) ; âge d’évaluation 11,8 (DS=3,5)]. 193 questionnaires parents et 28 questionnaires enseignants étaient exploitables. Concernant les parents, les scores de toutes les sous-échelles et les scores composites [Score Composite Exécutif (GEC), Indice de Régulation Comportementale (IRC), Indice de Métacognition (MI)] étaient significativement pathologiques (T-Scores moyens 61-64, norme 50+/-10 ; tous p<0,0001), 24 à 48 % des patients ayant des scores pathologiques. L’échelle ‘Mémoire de Travail’ était significativement plus atteinte que toutes les autres. Les BRIEF enseignants (n=28) montraient des résultats similaires (T-scores moyens 63-70 ; p<0,001 ; 39-57% de scores pathologiques).

Il n’y avait pas de différence significative entre les scores parents et enseignants (n=27), qui étaient significativement corrélés (r=0,44-0,72). Les régressions ont montré que le GEC était significativement prédit par un âge plus élevé lors de l’évaluation. Le modèle pour l’IRC n’était pas significatif. Le MI était prédit par le jeune âge de survenue et un âge plus élevé lors de l’évaluation.

Discussion : Les troubles des fonctions exécutives sont sévères au quotidien après TC de l’enfant, et s’expriment tant au domicile qu’en classe. Le jeune âge de survenue influence négativement les aspects cognitifs, tandis que les troubles augmentent avec l’âge, probablement en raison de l’augmentation des attentes, contrastant avec l’absence de maturation des fonctions exécutives.

Mots clés : traumatisme crânien, enfant, adolescent, fonctions exécutives, évaluation écologique, parents, enseignants