Programme

P082

Communication Affichée

Effets d’un contrat d’autorééducation guidée pendant 3 mois dans la maladie de Parkinson à un stade modéré

Mme Sandrine JOUDOUXa, Mme Laurence TARAVELLA-POUSSINa, Mlle Emilie HUTINb, Pr Jean-Michel GRACIESb, Dr Nicolas BAYLEb

a Hôpital Albert Chenevier, b GH Henri Mondor

Introduction - Cette étude a comparé deux modalités d’application de Contrats d'Autorééducation Guidée (CAG) dans la maladie de Parkinson, individuelle (I) ou collective (C), avec travail intensif axé sur l'équilibre pendant 3 mois.

Méthodes - Quatorze patients ont été randomisés en 2 groupes parallèles (I ou C) avec une séance de kinésithérapie tous les 10 jours pendant 3 mois. Chaque séance impliquait un travail rééducatif associé à l’enseignement et à la prescription d’exercices que chaque patient devait réaliser quotidiennement dans les intervalles entre les séances. Le patient devait quotidiennement remplir un registre répertoriant le travail effectué et aussi porter un podomètre. Les évaluations, en OFF puis ON, incluaient test de relevé du sol (Global Mobility Task, GMT), UPDRS III, épreuve d'effort, tests de déambulation sur 20 m et d’endurance sur 2 minutes et un test d’envergure d’approche (functional reach test, FRT).

Résultats - Les résultats des deux groupes ont été équivalents. Les patients ont travaillé seuls environ 40 minutes par jour, 6/7 jours. Les améliorations ont concerné le nombre de pas quotidiens (+19,2%, p=0,091), l'UPDRS III-OFF (-30,1%, p=0,029), le GMT-ON (-11,2%, p=0,042) et la longueur de pas à vitesse spontanée (+ 9,6%, p=0,029).

Conclusion - Un programme intensif de rééducation dans le cadre d'un CAG est faisable dans la maladie de Parkinson, en individuel comme en collectif ; il semble diminuer les symptômes parkinsoniens et apporter un bénéfice fonctionnel.

Mots clés : Autorééducation guidée, Parkinson, kinésithérapie, travail physique intensif