Programme

CO53-006

Communication Orale

Prévalence des séquelles de Traumatisme Crânien (TC) en population générale française

Dr Claire JOURDANa, Pr Philippe AZOUVIa, Pr François GENETa, M. Nicolas SELLYa, Pr Loic JOSSERANa, Dr Alexis SCHNITZLERa

a APHP Hôpital Raymond Poincaré

Objectifs

Les données de la littérature sur l’épidémiologie du TC proviennent majoritairement d’études d’incidence. Très peu de données existent sur la fréquence et les conséquences à long terme du TC en population générale.

Matériel/Patients et Méthodes

Deux vastes enquêtes, Handicap Santé Ménages et Handicap Santé Institutions, ont été réalisées en 2008-2009 auprès d’échantillons représentatifs de la population française (métropole et DOM-TOM). 33 896 adultes ont été interrogés sur leurs problèmes de santé et leurs activités et participations. La présence de séquelles de TC était renseignée. Le score de Glasgow Outcome Scale (GOS) a été calculé. Des analyses ajustées sur l’âge et le sexe ont comparé les personnes avec des séquelles de TC à la population sans TC. Les pondérations d’échantillonnage ont permis d’obtenir des résultats représentatifs à l’échelon national.

Résultats

La prévalence des séquelles de TC était de 0,7%. Les personnes déclarant des séquelles de TC étaient des hommes pour 62%, d’âge médian 50 ans, à un délai médian de l’accident de 14 ans. Leur GOS montrait un état végétatif pour 0.2%, un handicap sévère pour 22%, modéré pour 37%, une bonne récupération pour 41%. Pour chacun des items spécifiques du TC de la Classification Internationale du Fonctionnement, le niveau de déficience était plus élevé que dans la population sans TC, avec des Odds Ratios allant de 1,7 pour les difficultés comportementales à 8,6 pour les difficultés motrices. Les taux de pathologies associées, cardiovasculaires, respiratoires, musculo-squelettiques, digestives, urologiques, neurologiques et psychiatriques étaient significativement plus élevés chez les personnes avec TC. Leur recours aux soins était également significativement plus élevé. Les femmes avec TC déclaraient devoir renoncer à des soins plus fréquemment que les femmes sans TC.

Conclusion

Ces résultats d’une étude transversale unique par sa taille et sa représentativité révèlent l’ampleur du problème de Santé Publique que représente le TC. Ses conséquences à long terme en termes de handicap et son association avec de multiples pathologies appellent à la mise en place d’une prise en charge spécifique prolongée pour les séquelles de TC.

Mots clés : Traumatisme crânien ; Enquête épidémiologique ; Handicap ; Prévalence