Programme

CO08-001

Communication Orale

Dyspraxie développementale : symptôme ou véritable trouble « dys » ?

Dr Orianne COSTINIa, Dr Arnaud ROYb, Mme Chrystelle REMIGEREAUc, Pr Sylvane FAUREd, Pr Didier LE GALLe

a Fondation ophtalmologique Rothschild, Service de neurologie, Unité fonctionnelle vision et cognition, Paris ; Laboratoire de psychologie de la perception, UMR 8242, CNRS, Université Paris-Descartes, b Laboratoire de Psychologie des Pays de la Loire, EA4638, Universités Angers-Nantes, LUNAM ; Centre Référent des Troubles d’Apprentissage, CHU de Nantes, Hôpital Mère-Enfant ; Centre de Compétence Nantais de Neurofibromatose, CHU de Nantes, c Laboratoire de Psychologie des Pays de la Loire, EA4638, Universités Angers-Nantes, LUNAM ; Centre Référent des Troubles d’Apprentissage, CHU de Nantes, Hôpital Mère-Enfant, d Laboratoire d’Anthropologie et de Psychologie Cognitives et Sociales, EA 7278, Université Nice Sophia Antipolis, e Laboratoire de Psychologie des Pays de la Loire, EA4638, Universités Angers-Nantes, LUNAM

La question des troubles spécifiques d’apprentissage occupe aujourd’hui une place centrale dans la clinique pédiatrique, en regard des nombreuses répercussions de ces troubles dans les sphères scolaire, sociale et psychologique de l’enfant. Dans ce contexte, la dyspraxie développementale désigne des perturbations spécifiques de la capacité à produire une action motrice finalisée (orientée vers un but) et à utiliser les objets (Sinani, Sugden, & Hill, 2011; Zoia, Pelamatti, Cuttini, Casotto & Scabar, 2002). Si la dyspraxie est décrite depuis plusieurs décennies, sa signification diagnostique est cependant débattue dans la littérature internationale. Depuis 1994, un consensus a été établi autour du terme de Trouble de l’Acquisition de la Coordination pour qualifier indistinctement l’ensemble des perturbations développementales de la « coordination motrice ». Bien au-delà d’un simple débat de terminologie, se pose finalement une véritable problématique épistémologique. Cette intervention propose d’aborder les impasses qui limitent encore aujourd’hui la compréhension de la dyspraxie et du TAC, tant dans la définition des concepts de « praxies » et de « coordination motrice » que dans l’analyse théorique des déficits qu’ils recouvrent. Nous interrogerons plus particulièrement les arguments qui permettent de corroborer l’hypothèse d’un trouble spécifique du développement praxique chez l’enfant. Les différents niveaux cognitifs mis en cause dans les études portant sur les troubles du développement gestuel (e.g. connaissances, fonctions exécutives, compétences perceptives, …) seront discutés, au profit d’une analyse qui ne confonde pas un trouble « du » geste avec tout déficit se manifestant « dans » le geste.

Sinani, C., Sugden, D.A, & Hill, E. L. (2011). Gesture production in school vs. clinical samples of children with Developmental Coordination Disorder (DCD) and typically developing children. Research in Developmental Disabilities, 32(4), 1270-1282.

Zoia, S., Pelamatti, G., Cuttini, M., Casotto, V., & Scabar, A. (2002). Performance of gesture in children with and without DCD: effects of sensory input modalities. Developmental Medicine and Child Neurology, 44(10), 699-705.

Mots clés : Dyspraxie développementale ; Trouble de l’Acquisition de la Coordination ; geste ; enfant