Programme

CO40-004

Communication Orale

Efficacité des injections intradétrusoriennes de toxine botulique à 200 versus 300 unités dans le traitement de l’hyperactivité détrusorienne d’origine neurologique.

Mme Chloë LEFÈVREa, Dr Loïc LE NORMANDb, Dr Bénédicte REISSa, Pr Brigitte PERROUIN-VERBEa

a CHU Nantes, service de MPR Neurologique, b CHU Nantes, service Urologie

Introduction. La toxine botulique est le traitement de 2ème ligne de l’hyperactivité détrusorienne d’origine neurologique (1). L’objectif principal était de comparer les durées d’efficacité des Injections de Toxine Botulique Intra-Détrusoriennes (ITBID) à 200 UI (seule Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) obtenue en 2011) versus 300 UI (dose utilisée auparavant).

Méthodes. Etude rétrospective de dossiers d’une cohorte prospective concernant tous les patients ayant eu des ITBID entre le 24 août 2011 (date de l’AMM) et le 1er mars 2014 à Nantes, répartis en 2 groupes. Le groupe 1 avait déjà été injecté à 300 UI avant l’AMM, le groupe 2 était primo-injecté à 200 UI. Le test de Student a été utilisé pour comparer les durées d’efficacité.

Résultats. 134 patients ont été suivis sur 4,7 ans. Dans le groupe 1 (n=83), chez 49,7% des patients (n=41), la durée d’efficacité baissait à 200 UI, les patients repassaient à 300 UI. Dans le groupe 2 (n=51), 37,3% des patients (n=19) étaient en échec à 200 UI et passaient à 300 UI. La durée d’efficacité moyenne des ITBID était significativement plus faible à 200 UI (7,7 mois) qu’à 300 UI (10,0 mois), (p=0,001598). Dans le groupe 1, une durée d’efficacité antérieure plus faible à 300 UI était un facteur pronostic d’échec à 200 UI (p=0,0004421). La tolérance était bonne pour les deux dosages.

Discussion. Dans notre étude, la durée d’efficacité des ITBID était plus longue à 300 UI qu’à 200 UI. Dans d'autres études ce résultat n'était pas mis en évidence (2), mais mérite d'être discuté en raison du bénéfice attendu pour le patient.

(1) de Sèze M, Ruffion A, Haab F, Chartier-Kastler E, Denys P, Game X, Karsenty G, Kerdraon J, Perrouin-Verbe B, Saussine C, Soler JM, Amarenco G. Patient follow-up after botulinum toxin intradetrusor injection. Proposal for management in neurogenic patients. Ann Readapt Med Phys. 2008 May;51(4):315-21.

(2) Ginsberg D, Gousse A, Keppenne V, Sievert KD, Thompson C, Lam W, Brin MF, Jenkins B, Haag-Molkenteller C. Phase 3 efficacy and tolerability study of onabotulinumtoxinA for urinary incontinence from neurogenic detrusor overactivity. J Urol. 2012 Jun;187(6):2131-9.

Mots clés : toxine botulique type A, injections intra détrusoriennes, hyperactivité vésicale d’origine neurologique, hyperactivité détrusorienne, durée d’efficacité