Programme

CO43-004

Communication Orale

Ténotomie percutanée à l’aiguille : Technique et premiers résultats

Dr Alexis SCHNITZLERa, Dr Aurélie DIEBOLDa, Dr Francois GENÊTa, Dr Philippe DENORMANDIEa

a Hôpital R.poincaré

Introduction : Dans les suites d’une lésion du système nerveux central ou d’une démence, l’apparition d’une perte d’élasticité musculaire est fréquente. Cela peut majorer des difficultés pour l’installation (au lit ou au fauteuil) ou pour le nursing de patients lourdement handicapés. Pour ne pas prendre de risque chirurgical et anesthésique chez des patients fragiles nous avons développé une technique d’allongement percutané des muscles à l’aide du biseau d’une aiguille.

Méthode : Etude rétrospective sur les années 2012 à 2014. Dix minutes après l’anesthésie locale était débutée la ténotomie per-cutanée avec une aiguille 16G (1.6x40 mm), sans incision au bistouri. Le repérage des tendons était réalisé par la palpation de la corde sous cutanée. Les points des ponctions étaient réalisés 3 à 5cm en amont de l'insertions distale des tendons, l’insertion de l’aiguille ne dépassait pas 1cm de profondeur. La tolérance du geste était évaluée par échelle visuelle analogique (EVA) quand les patients étaient communiquants. L’objectif fonctionnel évalué à 3 mois par la GAS (goal attainment scaling), notée de -2 (beaucoup moins bien) à +2 (objectif dépassé), était déterminé avec le patient et son entourage. Statistique : comparaison des T-scores de la GAS sans pondération des objectifs (p=0.3), test de Wilcoxon.

Résultats : 136 ténotomies (21% des orteils, 27% des genou, 13% des hanche, 28% des doigts, 21% autres) ont été réalisées pour traiter 67 patients (âge moyen de 71 ans, 31% de patients avant un antécédent d’AVC et 26% de démence); 74 objectifs principaux ont été déterminés (majoritairement des objectifs de nursing de la main ou du périnée et l’installation au lit ou au fauteuil) et 20 patients avaient au moins un objectif secondaire. La douleur a pu être évaluée pour 43 gestes, l’EVA moyen était de 1.61 (min=0 max=8). Le t-score GAS médian était de 40 avant le geste et de 50 à 3 mois (p<0.001). Trois complications ont été rapportés (2 hématome aux points de ponction et une souffrance cutanée), résolutives sans traitement.

Discussion-conclusion : cette nouvelle technique, simple et peu invasive, permet d’améliorer significativement les conséquences fonctionnelles d’enraidissements musculaires pour des patients lourdement handicapés et fragiles.

Mots clés : ténotomie, aiguille, rétraction musculaire