Programme

CO26-002

Communication Orale

Prévalence et conséquences fonctionnelles de la sclérose en plaques en France : les données de l’enquête handicap-santé

Mlle Audrey CHARLANESa, Dr Claire JOURDANb, Dr Loic JOSSERANDc, Pr Philippe AZOUVIb, Pr François GENÊTb, Dr Alexis SCHNITZLERb

a Service de Médecine Physique et de Réadaptation, Hôpital Raymond Poincaré, APHP, b Service de Médecine Physique et de Réadaptation, Hôpital Raymond Poincaré, APHP ; Université de Versailles Saint-Quentin (HANDIReSP), c Epidemiologie, Hôpital Raymond Poincaré, APHP ; Université de Versailles Saint-Quentin (HANDIReSP)

Objectif

En France, l’épidémiologie et les conséquences fonctionnelles de la sclérose en plaques (SEP) sont peu connues à l’échelon national. L’objectif de cette étude est de décrire la prévalence et les conséquences de la SEP dans la population française

Matériel et Méthodes

Les études handicap santé ménage et handicap santé institution ont permis de collecter, par des interviews structurées, les informations médicales, les déficiences, les limitations d’activité et les restrictions de participation des personnes domiciliées en France. Celles déclarant un antécédent de SEP ont été analysées spécifiquement pour cette étude. L’échantillonnage a permis par des analyses de pondération de représenter 49028826 français d’après 33896 interviews complétées.

Résultats

La prévalence globale de la SEP était de 211,8/100000 (IC95% 157,5-266,1). Le sex-ratio était de 2,91 (IC95% 1,85-4,57) femmes pour un homme. Le gradient nord-sud n’était pas retrouvé. L’âge moyen était de 52 ans (e.t. 1,37).

Les patients atteints de SEP rapportaient 86,8% de fatigue (IC95% 79,8-95,8), 75,9% de troubles moteurs (IC95% 65,8-86,1) et 65,6% de troubles de l’équilibre (IC95% 54,6-76,7). Ces chiffres s’élevaient dans la population indemne de sclérose en plaque respectivement à 44,9% (IC95% 44-45,9), 11% (IC95% 10,6-11,5) et 6,4% (IC95% 6,1-6,7). Concernant les activités de la vie quotidienne, 24,8% des patients atteints de SEP étaient dépendants pour la toilette, 22,2% pour l’habillage, 17,3% pour les transferts, 12% pour la continence et 7,3% pour l’alimentation. 68,9% des patients avaient un EDSS reconstruit inférieur ou égal à 4, et 7,9% supérieur ou égal à 7,5.

Discussion

Notre étude retrouve une plus haute prévalence de la sclérose en plaques en France que celle estimée jusqu’alors (entre 60 et 142/100000). Cette nette augmentation confirme les chiffres retrouvés dans de récents travaux réalisés dans d’autres pays européens. Bien que ces données soient déclaratives, et que l’amélioration du diagnostic de SEP explique en partie cette augmentation, des travaux semblent nécessaires pour expliquer la forte progression de cette pathologie aux conséquences fonctionnelles graves.

Mots clés : Sclérose en plaques, épidémiologie, prévalence, déficience, limitation d'activité