Programme

P025

Communication Affichée

Les ruptures négligées du tendon rotulien : une série de 24 cas

Dr Hicham EL HYAOUIa, Dr Haitam ABOUALIa, Dr Hakim AIT LAHSSENa, Pr Abderrahim RAFAOUIa, Pr Abdeljabbar MESSOUDIa, Pr Mohamed RAFAIa, Pr Abdelhak GARCHa, Dr Karima BELHAJb, Dr Naima EL AMRANIb, Dr Aziza NAIT KHCHATb, Pr Fatima LMIDMANIb, Pr Abdellatif EL FATIMIb

a Service de traumatologie-orthopédie, pavillon 32, centre hospitalier universitaire Ibn-Rochd. Casablanca. Maroc, b Service de médecine physique et de réadaptation fonctionnelle. Centre hospitalier universitaire Ibn-Rochd. Casablanca. Maroc

But : préciser les particularités épidémiologiques, cliniques, thérapeutiques et pronostiques des rupture négligée du tendon rotulien.

Patients et méthodes : C’est une étude rétrospective concernant 24 cas de rupture négligée du tendon rotulien chez 23 patients, colligés entre juin 2000 et juin 2012.

Résultats : Nos patients se répartissaient en 13 hommes et 10 femmes. L’âge moyen était de 33 ans avec des âges extrêmes de 21 à 52 ans. Huit patients étaient suivis pour des maladies de système. Le délai moyen de consultation était de 52 jours (28 jours à trois mois). Le diagnostic était fait grâce à l’imagerie. L’exploration chirurgicale avait précisé que la rupture était totale dans 19 cas, partielle dans cinq cas et siégeait au niveau sous rotulien dans quatorze cas. Tous les patients avaient été opérés. La réparation des lésions étaient faite à l’aide d’un lambeau de retournement aponévrotique du quadriceps dans 19 cas, par plastie utilisant le tendon du demi-tendineux dans cinq cas. Dans tous les cas, une mise au repos du tendon par cadrage métallique était réalisée. La rééducation a été démarrée en moyenne la première semaine en postopératoire, avec une mobilisation passive sans dépasser 60° de flexion et mise en charge progressive sur un genou en extension.

Les résultats lointains ont été appréciés après un recul moyen de 27 mois par des critères cliniques et radiologiques selon Kelly et Dubourg. Ils étaient moyens dans 18 cas et mauvais pour cinq cas.

Discussion-conclusion :Les résultats de notre travail nous ont permis de conclure que la rupture négligée du tendon rotulien était l’apanage de l’adulte jeune et actif. Le seul traitement reste chirurgical. Le facteur pronostic majeur est l’ancienneté de la lésion. La rééducation postopératoire précoce a un intérêt capital et conditionne le pronostic fonctionnel.

Mots clés : Tendon rotulien ; Rupture négligée ;chirurgie; Rééducation