Programme

CO43-002

Communication Orale

Efficacité et complications du traitement des contractures musculaires par ténotomie percutanée à l’aiguille : étude cadavérique.

Mlle Camille CHESNELa, Pr François GENETa, Dr Waleed ALMANGOURa, Dr Philippe DENORMANDIEa, Pr Bernard PARRATTEb, Dr Alexis SCHNITZLERa

a Service de médecine physique et réadaptation, Hôpital Raymond Poincarré, AP-HP, Garches, Université Versailles Saint Quentin en Yvelines, b Service de médecine physique et réadaptation, Laboratoire d’anatomie, hôpital Jean Minjoz, Université de Franche-Comté, Besançon

Objectifs :

22% des personnes âgées institutionnalisées présentent des rétractions musculo-tendineuses ayant un impact fonctionnel majeur, notamment des difficultés lors des soins d’hygiène, de l’installation au lit ou au fauteuil. Quand les thérapeutiques médicales associées ne sont pas suffisamment efficaces (comme les injections de toxine botulinique, la prise en charge en kinésithérapie ou l’adaptation du lit ou du fauteuil) le traitement classique de ces rétractions est un traitement chirurgical. Celui-ci est réalisé au bloc opératoire, sous anesthésie générale ou loco-régionale. Il est souvent difficilement envisageable dans cette population fragile. Une alternative pourrait être une ténotomie micro-invasive, réalisée en ambulatoire, sous anesthésie locale à l’aide d’une aiguille 16G. L’objectif de cette étude est d’évaluer, sur des préparations anatomiques émanant de dons de corps, l’efficacité d’une cette technique et ses risques de léser une structure adjacente.

Matériels et méthodes :

Trente deux médecins naïfs de cette technique (médecins de médecine physique et de réadaptation, médecins gériatres ou chirurgiens orthopédistes) ont réalisé 401 ténotomies sur les membres supérieurs et inférieurs de 8 cadavres frais. Les ténotomies étaient réalisées à l’aide d’une aiguille 16G en percutané, après repérage anatomo-clinique. Après chaque ténotomie, une dissection était pratiquée par un chirurgien neuro-orthopédique et un anatomiste afin d’évaluer la qualité de la ténotomie ainsi que la présence d’éventuelles lésions adjacentes.

Résultats :

Au total, 401 ténotomies ont été réalisées. 72,3 % ont été complètes, 24,9% partielles et 2,7% ont échouées. Huit lésions adjacentes (2,0%) ont été retrouvées: 4 (1,0%) tendons ou muscles, 3 (0,7%) nerfs, 1 (0,2%) vaisseau.

Discussion :

Les ténotomies percutanées à l’aiguille constituent un geste efficace associé à un faible risque. Bien que cette étude soit réalisée sur cadavres, il semble que cette technique puisse être développée chez des patients de manière sécurisée.

Mots clés : Rétractions, Ténotomie, Aiguille, Cadavre