Programme

CO41-002

Communication Orale

Verticale Visuelle Subjective et Scoliose Idiopathique de l’Adolescent (SIA)

Dr Jean-François CATANZARITIa, Mme Morgane LE BERREb, Mme Monique COGETc, M. Marc GUYOTd, M. Olivier AGNANId, Dr Cécile DONZÉd

a SSR pédiatrique Marc Sautelet de Villeneuve d'Ascq (France), GHICL Hôpital Saint Philibert de Lomme (France), CHRU de Lille (France), b Service MPR, CHRU de Lille (France), c SSR pédiatrique Marc Sautelet de Villeneuve d'Ascq (France), d Service MPR, Hôpital Saint Philibert, GHICL, Lomme-Lille (France)

Objectif. La SIA touche entre 1 et 3 % des adolescents entre 10 et 16 ans. Des études évoquent une perturbation du contrôle postural orthostatique comme facteur étiologique. Le contrôle postural orthostatique est la capacité à organiser la posture debout sur la verticale gravitaire terrestre. L’axe corporel longitudinal est orienté selon une représentation interne de la verticale gravitaire. Notre hypothèse est que la SIA est la conséquence d’une ré-organisation du contrôle postural debout, autour d’une représentation interne faussée de la verticale gravitaire. Notre objectif est de montrer une perturbation du sens de la verticalité dans la SIA par la mesure de la Verticale Visuelle Subjective (VVS).

Matériel/Patients et Méthodes. Etude prospective, comparant 2 groupes d’adolescents SIA versus contrôles non scoliotiques. Le test réalisé est une mesure de la VVS (Synapsis), debout, en conditions visuelles statique et dynamique (perturbation visuelle par stimulation optocinétique 40°/sec). Six valeurs sont évaluées. Normes pour la condition statique -2,5° à +2,5°, et pour la condition dynamique -4 à +4°.

Résultats. Résultats préliminaires concernant 35 adolescents scoliotiques (Groupe S : 31 filles, 14,2±1,74 ans, angle 38,4±15,7°), versus 5 adolescents contrôles non scoliotiques (Groupe C : 5 filles, 14,9±1,14 ans). Groupe S : VVS statique = 1,59±1,45°; VVS dynamique = 4,7±8,27°. 57,1% ont au moins 1 valeur pathologique, 28,5% au moins 2 valeurs pathologiques, en particulier en condition visuelle dynamique (rotation horaire avec inclinaison droite de la VVS, moyenne 12,39°). Groupe C : VVS statique = 0,72±0,5°; VVS dynamique = 2,17±1,5°. Aucun sujet contrôle ne présente de valeur pathologique.

Discussion. Cette étude préliminaire, sans possibilité d’étude statistique fiable à ce stade, montre une perturbation de l’évaluation de la verticale dans la SIA, notamment dans un sous groupe de patients pour lesquels les valeurs de VVS sont très pathologiques. Une explication possible est une perturbation du sens de la verticalité par défaut d’intégration centrale multisensorielle.

References

De Sèze M, Cugy E (2012). Pathogenesis of idiopathic scoliosis: a review. Ann Phys Rehabil Med 55:128-38.

Van Nechel C, Toupet M, Bodson I (2001). The subjective visual vertical. Adv Otorhinolaryngol 58:77-87.

Nous remercions les membres de l’Association HARPS pour leur collaboration.

Mots clés : scoliose idiopathique de l'adolescent, verticale visuelle subjective, physiopathologie, perception de la verticalité