Programme

P028

Communication Affichée

Prise en charge rééducative du syndrome de la traversée cervico-thoraco-brachial (STCTB)

Dr Mariem REKIKa, Dr Aymen HAJ SALAHa, Dr Mouna SGHIRa, Dr Imene KSIBIb, Dr Wafa SAIDa, Pr Wassiaa KESSOMTINIa

a CHU Taher Sfar Mahdia, b Hôpital Militaire Principal d'Instruction de Tunis

Objectif :

Déterminer les modalités de prise en charge rééducative du STCTB à travers une revue de la littérature et notre expérience à l'unité de médecine physique et rééducation fonctionnelle (MPRF) de Mahdia.

Matériel et méthodes :

Une étude rétrospective durant ces trois dernières années incluant les malades adressés à l'unité de MPRF de Mahdia pour STCTB. L'évaluation était clinique (échelle visuelle analogique EVA de la douleur, examen du rachis cervical , test dynamique de mise en tension du plexus brachial), fonctionnelle (stade d'Orset) et radiologique. Un programme de 15 séances de rééducation a été réalisé.

Résultats :

14 patients (13 femmes et un homme) d’âge moyen 39,92 ans étaient colligés. La symptomatologie clinique était neurologique avec des paresthésies dans 71,42%, une NCB C8-D1 dans 21,42% des cas, lourdeur des membres supérieurs dans 14,28% des cas. Une symptomatologie veineuse avec œdème de la main est retrouvée dans 28,57% des cas, un syndrome de Raynaud dans un seul cas (7,14%). La manœuvre de Wright était positive dans 35,71% des cas. Le test de Roos était positif dans 78,57% des cas. Le test dynamique avait révélé une mise en tension du plexus brachial par le nerf médian dans 57,14% des cas et par le nerf ulnaire dans 42,85% des cas. Un syndrome de double crush était retrouvé dans 21,42% des cas. L'EVA moyenne initiale de la douleur était de 73 mm. Le bilan radiologique avait révélé une cote cervicale dans 14,28% des cas et une apophysomégalie C7 dans 21,42% des cas. Après rééducation, il y avait une amélioration de la douleur (EVA moyenne 21 mm) et les résultats à court terme étaient bons dans 78,57% des cas.

Discussion/Conclusion :

La rééducation du STCTB est souvent efficace, elle corrige le déséquilibre musculaire entrainant une réduction du diamètre du défilé et la décompensation de son exiguïté constitutionnelle jusque-là asymptomatique. En absence de complication vasculaire ou neurologique grave, elle est toujours le traitement de première intention.

Mots clés : syndrome de la traversée cervico-thoraco-brachial,rééducation