Programme

CO30-002

Communication Orale

SPACE : étude internationale, non-interventionnelle de la toxine botulinique dans le traitement de la spasticité

Dr Nicolas ROCHEa

a Hôpital Raymond-Poincaré (AP-HP)

Contexte : Les injections intramusculaires de toxine de type A (BoNT-A) constituent le traitement de première intention des patients atteints de spasticité focale et multifocale. De nombreux essais cliniques contrôlés ont démontré une efficacité et une excellente tolérance des injections répétées de BoNT-A chez des patients atteints de spasticité focale. Cependant, il existe un manque de données à la fois concernant les différentes approches thérapeutiques dans la pratique clinique ainsi que sur la typologie des patients spastiques L’objectif de l’étude SPACE (SPAsticity in PractiCE) est de comprendre comment les médecins utilisent la toxine de type A dans la prise en charge à long terme de la spasticité, d’évaluer la tolérance et l’efficacité du traitement par toxine de type A dans la en pratique clinique courante et de collecter des informations sur les médecins traitants ainsi que sur leurs préférences et processus décisionnels.

Méthodologie : SPACE est une étude prospective, non interventionnelle, en ouvert, multicentrique, internationale (106 sites actifs dans 9 pays). Les participants peuvent recevoir autant de sessions de traitement avec la toxine de type A disponible au niveau de leur pays, ceci en fonction du choix de l’investigateur selon les besoins individuels des patients et de leur pratique clinique.

Résultats : Au niveau international 756 patients âgés de plus de 18 ans ont été inclus. Ceux-ci étaient atteints de spasticité de toute étiologie et nécessitaient des injections de toxine de type A sans qu’ils n’aient jamais reçu au préalable aucune injection de BoNT-A ou BoNT-B. Au total 106 sites actifs et 230 médecins ont été impliqués. En France, 126 patients ont été inclus, 21 sites actifs et 24 médecins ont été impliqués. Les résultats montrent que la plupart d’entre eux (66,4% au global) souffraient de spasticité post-AVC avec comme principaux objectifs de traitement l’amélioration de la fonctionnalité (particulièrement « la mobilité » et « la dextérité et l’atteinte »).

Conclusion : Les résultats de SPACE vont permettre d’aider à définir le rôle de la toxine de type A dans le cadre d'une prise en charge multidisciplinaire de la spasticité focale et de réfléchir aux possibles améliorations concernant le traitement de la spasticité.

Mots clés : Toxine botulinique, étude observationnelle dans la spasticité