Programme

CO23-002

Communication Orale

Effet de la position étirée d’un muscle raccourci sur la commande motrice dans la parésie spastique

Dr Monica BALUGANIa, Dr Abdulla ALRAHOOMIb, Dr Emilie HUTINb, Pr Cosimo COSTANTINOa, Pr Jean-Michel GRACIESb

a Department of Physical Medicine and Rehabilitation, University of Parma, Parma, Italy, b Service de rééducation Neurolocomotrice, Hôpitaux Universitaires Henri Mondor, Université Paris-Est, Créteil

Introduction. Dans la parésie spastique, les facteurs limitant le mouvement actif incluent la rétraction de l’antagoniste, la parésie de l’agoniste et la cocontraction spastique. Nous avons étudié les activations musculaires au coude pour clarifier le rôle du degré d'étirement musculaire instantané dans la modification de la parésie et des cocontractions.

Méthodes. Dix-huit sujets sains (âge 47±10) et 15 sujets hémiparétiques (âge 42±16) ont effectué des efforts isométriques maximaux de flexion et extension de coude, en positions coude fléchi et étendu. L’EMG de surface du biceps et du triceps brachial était enregistré pour déterminer: (i) le voltage rectifié moyen (MRV) de l’agoniste pendant le pic de 500ms de recrutement agoniste volontaire coude fléchi (MRVago500F) et tendu (MRVago500E) (ii) le coefficient de sensibilité à l’étirement (CSE) du recrutement agoniste, CSE=(MRVago500F-MRVago500E)/MRVago500F; (iii) l'index de cocontraction (CCI), ratio de l’EMG d’un muscle en tant qu’antagoniste pendant un effort opposé sur MRVago500. Nous avons comparé le bras dominant chez les sujets sains avec les bras non-parétique et parétique chez les sujets hémiparétiques.

Résultats. XV1 était de 175±11° pour les fléchisseurs du coude (extension passive maximale; coefficient de raccourcissement, 2,7%) et 163±7° pour les extenseurs (pas de raccourcissement). Alors que CSE n’était pas significativement différent de 0 aux bras sain et non-parétique, il était de -21±10% au bras parétique pour les extenseurs vs -4±7% au bras non-parétique (p <0,05). Les CCI aux fléchisseurs coude fléchi étaient 0.15±0.11, 0.20±0.21 et 0.48±0.31 aux bras sain, non parétique et parétique respectivement (différence inter-groupes, p <0,0001) ; coude tendu les CCI étaient 0.26±0.20, 0.29±0.25 et 0.67±0.35 respectivement (différence inter-groupes, p<0.0001; fléchi vs tendu, p=0.013). Les CCI aux extenseurs coude fléchi étaient 0.10±0.05, 0.15±0.10 et 0.26±0.24 respectivement (différence inter-groupes, p=0.011) et coude tendu 0.12±0.06, 0.15±0.08, et 0.38±0.32 respectivement (différence inter-groupes, p<0.0001; fléchi vs tendu, NS). 

Conclusion. Dans l’hémiparésie, la position étendue du coude détériore la commande motrice tant au niveau agoniste qu’antagoniste, avec une diminution du recrutement volontaire agoniste, définie comme parésie sensible à l’étirement, et une augmentation des cocontractions antagonistes. Cette détérioration pourrait impliquer des effets neurophysiologiques médullaires du recrutement d’afférents de haut-seuil aux fléchisseurs du coude rétractés.

Mots clés : parésie, cocontraction, rétraction musculaire, étirement musculaire