Programme

CO38-001

Communication Orale

Revue de littérature de la cinématique du membre supérieur après tétraplégie : implications pour la rééducation.

M. Sébastien MATEOa, Pr Agnès ROBY-BRAMIb, Dr Karen T. REILLYc, Pr Yves ROSSETTId, Pr Christian COLLETe, Pr Gilles RODEd

a Hospices Civils de Lyon, Hôpital Henry Gabrielle, Mouvement et Handicap, Université de Lyon, Université Lyon 1, INSERM U1028; CNRS UMR5292; Lyon Neuroscience Research Center, ImpAct Team, CRIS, EA 647, laboratoire P3M, b Université de Paris, Université Paris 6, UPMC, Institut des systèmes intelligents et de robotique, F-75006 Paris, France, c Université de Lyon, Université Lyon 1, INSERM U1028; CNRS UMR5292; Lyon Neuroscience Research Center, ImpAct Team, F-69676 Lyon, France, d Université de Lyon, Université Lyon 1, INSERM U1028; CNRS UMR5292; Lyon Neuroscience Research Center, ImpAct Team, F-69676 Lyon, France et Hospices Civils de Lyon, Hôpital Henry Gabrielle, Mouvement et Handicap, F-69000 Lyon, France, e Université de Lyon, Université Lyon 1, Centre de Recherche et d’Innovation sur le Sport, EA 647, Performance Motrice, Mentale et du Matériel, 69621 Villeurbanne Cedex

Introduction : Le but de cette étude est d’apporter une synthèse des changements cinématiques après tétraplégie lors de mouvements du membre supérieur (MS) en chaîne cinétique ouverte.

Méthode : Les études cinématiques du MS après tétraplégie ont été recherchées sur Medline sur une période entre 1996 et août 2014.

Résultats : Quatorze études cas-contrôle et trois séries de cas ont été inclues avec un total de 161 sujets tétraplégiques et 126 contrôles sains. Les sujets tétraplégiques réalisent efficacement un large panel de tâches avec leurs MS révélant des compensations scapulo-thoracique et gléno-humérale efficaces. Le couplage dynamique entre l’épaule et le coude restaure l’extension du coude palliant la paralysie du muscle triceps brachial. Cette compensation reste cependant incomplète : la flexion maximale de l’épaule diminue après tétraplégie C5-C6 pour conserver l’extension du coude et ne pas dépasser le couplage épaule-coude. Le ralentissement des mouvements après tétraplégie s’explique par (i) la réduction de force musculaire, (ii) la paralysie du triceps empêchant une co-contraction agoniste antagoniste normale au coude, (iii) la nécessité de précision à la fin du mouvement, (iv) la préhension. Lors du transport, la flexion du poignet permet une ouverture passive des doigts mais n’atteste pas une préparation de la prise notamment lorsque la taille de l’objet dépasse l’ouverture maximale de la prise. De plus, la durée du transport augmente pour assurer un placement correct de la main par rapport à l’objet. Lors de la saisie, l’extension du poignet entraîne une prise passive latérale ou palmaire. Inversement au sujet sain préparant la prise lors du transport, le sujet tétraplégique réalise le transport puis la saisie successivement (i.e. poignet en flexion puis extension) ce qui suggère l’indépendance de ces deux phases. La restauration chirurgicale de l’extension du coude réduit la nécessité de compensation glénohumérale et augmente la vitesse du mouvement par amélioration du freinage par l’antagoniste en fin du mouvement.

Conclusion : La rééducation et les restaurations chirurgicales devraient prendre en compte ces caractéristiques cinématiques pour renforcer ces compensations proximales et distales permettant respectivement l’extension du coude et la prise par ténodèse et ainsi favoriser la plus grande autonomie des sujets tétraplégiques.

Mots clés : Cinématique, tétraplégie, membre supérieur, préhension, rééducation, compensation.