Programme

P031

Communication Affichée

L’hyperlaxite constitutionnelle doit être recherchée devant un tableau clinique d’omoplate a ressaut ou snapping scapulae

Dr Fayssal KADRIa, Dr Michel KONZELMANNa

a clinique romande de réadaptation suvacare

Introduction :

L’omoplate à ressaut ou snapping scapulae (SC) est un tableau clinique peu fréquent mais responsable d’une gêne importante. Diverses étiologies sont reconnues. L’hyperlaxité constitutionnelle (HC) n’a jamais été décrite en association avec la SC. Nous rapportons trois cas de SC idiopathique associée à une HC.

Observations :

Cas n°1 : Femme 18 ans, SC droite, HC avec un score de Beighton de 9/9. Hyper rotation latérale passive de l’épaule > 85° .CT, IRM, Echographie et ENMG normaux. Traitement par rééducation prolongée. Evolution inchangée.

Cas n°2 : Homme 32 ans, SC gauche, HC avec un score de Beighton à 8/9. Hyper rotation latérale passive de l’épaule > 85°. CT, IRM et ENMG : normaux. Traitement par rééducation. Evolution partiellement favorable.

Cas n°3 : Homme 45 ans, SC droite .Antécédent ancien de luxation de l’épaule remise spontanément. HC avec un score de Beighton à 9/9. Hyper rotation latérale passive de l’épaule >90° .IRM normale. Patient perdu de vue.

Discussion :

La SC décrite la première fois par Boinet en 1867, est une cause rare de douleur de l’épaule. L’étiologie évoquée est un « conflit mécanique » entre la cage thoracique et la scapula, avec comme facteurs favorisants la présence d’anomalies osseuses congénitales ou acquises (exostoses, fractures scapula), musculaires (atrophie, tumeurs) ou séreuse (bursite). Dans environ 30% des cas la SC est idiopathique. Le CT, l’IRM et l’EMG sont des examens qui peuvent être nécessaires dans la démarche diagnostique. Dans nos 3 observations la SC était idiopathique et associée à une HC et une hyper rotation latérale passive d’épaule qui ne fait pas partie des critères de Beighton mais qui est un signe clinique d’hyperlaxité de l’épaule. Seul un patient avait présenté un antécédent de luxation gléno-humérale. Nous pensons que l’HC pourrait être un facteur favorisant le développement d’une SC notamment idiopathique, même si le mécanisme exact de la SC reste peu clair. Le traitement repose sur la rééducation avec des résultats médiocres

Références :

1. J Am Acad Orthop Surg 2013. 2. J Bone Joint Surg Am 2009. 3. Anatomy Research International 2013.

Mots clés : omoplate à ressaut- hyperlaxité constitutionnelle- hyperlaxité de l’épaule