Programme

CO13-004

Communication Orale

Tolérance de l'exercice très précoce en réanimation formalisé à partir d'un algorithme décisionnel : étude pilote de faisabilité

Mme Hélène LAURENTa, Mme Sylvie AUBRETONb, Pr Ruddy RICHARDc, M. Yannael GORCEd, Mme Emilie CARONd, Mme Aurélie VALLATd, Mme Anne-Marie DAVINa, Pr Jean-Michel CONSTANTINe, Pr Emmanuel COUDEYREf

a Physical Medicine and Rehabilitation Department, Gabriel Montpied University Hospital, Clermont-Ferrand, b Physical Medicine and Rehabilitation Department, Clermont-Ferrand University Hospital, c Department of Sport Medicine and Functional Explorations, Gabriel Montpied University Hospital, Clermont-Ferrand; INRA UMR 1019, CRNH-Auvergne, d Physical Medicine and Rehabilitation Department, Estaing University Hospital, Clermont-Ferrand, e Adult Intensive Care Unit, Estaing University Hospital, Clermont-Ferrand; Medicine Faculty, University of Auvergne, Clermont-Ferrand, f Physical Medicine and Rehabilitation Department, Clermont-Ferrand University Hospital; Medicine Faculty, University of Auvergne, Clermont-Ferrand

Objectif : La rééducation précoce est recommandée en service de réanimation [1]. Notre objectif était d’évaluer la tolérance d'un protocole d'exercice précoce en réanimation établi à partir d'un algorithme décisionnel construit avec les données scientifiques et un avis d'experts

Méthodes : Dans cette étude pilote de faisabilité, le critère principal recueilli avant et après séance d'exercice est l’Echelle Visuelle Analogique d’inconfort (EVAinconfort). Les critères secondaires sont la force musculaire (échelle Medical Research Council), la durée de séjour en réanimation, la mortalité en réanimation et le lieu de sortie. Le protocole standardisé comprend un entraînement des membres supérieurs et inférieurs (MI) (cycloergomètre pour MI et mobilisation classique) et un entraînement fonctionnel, délivré par un kinésithérapeute. La progression est basée sur le seuil fixé à l’EVAinconfort de 7/10 pendant l'exercice et sur l’algorithme construit à partir d’une revue systématique de la littérature [2]

Résultats : 30 patients étaient recrutés, un total de 150 séances d'entraînement étaient réalisées quotidiennement et la tolérance globale d'un protocole d'exercice précoce en réanimation, formalisé à partir d'un algorithme appliqué aux patients de réanimation est bonne. Nous confirmons la faisabilité de tels protocoles et un taux très peu important d'évènements indésirables bénins. Nous notons une faible incidence du diagnostic de polyneuromyopathie

Conclusion : La tolérance d'un protocole d'exercice précoce en réanimation formalisé à partir d'un algorithme est bonne, mais ces résultats préliminaires restent à confirmer par une étude prospective randomisée contrôlée. Cependant, l'utilisation de cet algorithme décisionnel doit être encouragé pour standardiser et initier progressivement les protocoles d'exercice très précoce en réanimation

[1]. Gosselink R, Bott J, Johnson M, Dean E, Nava S, Norrenberg M, et al. Physiotherapy for adult patients with critical illness: recommendations of the European Respiratory Society and European Society of Intensive Care Medicine Task Force on Physiotherapy for Critically Ill Patients. Intensive Care Med 2008; 34(7): 1188-99

[2]. Laurent H, Aubreton S, Richard R, Gorce Y, Caron E, Vallat A, et al. Systematic review of early exercise in intensive care: a qualitative and practical approach about literature. Anaesthesia Critical Care and Pain Medicine 2015 (sous presse)

Mots clés : algorithme, exercice précoce, faisabilité, kinésithérapie, réanimation