Programme

CO38-003

Communication Orale

Coordination du complexe de l’épaule dans les tâches de pointage dans l’espace péripersonnel

Mme Alexandra RORENa, Dr Marie-Martine LEFEVRE-COLAUa, Mme Johanna ROBERTSONb, Pr Serge POIRAUDEAUa, Dr Agnès ROBY-BRAMIc

a CHU Cochin, université Paris-Descartes, INSERM U1153, b CHU Raymond Poincaré, 104 Boulevard Raymond Poincaré, c Institut des systèmes intelligents et de robotique (ISIR), Université Pierre et Marie Curie, CNRS UMR 7222, Paris

Objectif :Le complexe articulaire de l'épaule permet une grande redondance dans le contrôle des mouvements vers une cible. L’objectif de cette étude est d'évaluer la contribution de la mobilité de la scapula dans des mouvements de pointage dans l'espace de travail péri personnel.

Matériel et Méthodes :10 sujets sains ont effectué des mouvements de pointage de la main vers 9 cibles, avec le bras droit et le bras gauche. La cinématique de l'épaule a été évaluée à l’aide du dispositif électromagnétique Polhemus Fastrak utilisant 4 capteurs cutanés fixés sur le tronc, la scapula, l’humérus et le poignet. Les rotations 3D entre les segments tronc, scapula et humérus et le déplacement 3D du barycentre de la scapula ont été mesurés au repos et au moment du pointage. Les ratios des angles globaux ont été utilisés pour calculer le rythme scapulo-huméral. Une analyse en composantes principales a permis d’étudier le couplage entre les différents mouvements de la scapula. Une méthode cinématique directe a été utilisée pour calculer la contribution du mouvement de la scapula à l'espace de travail de la main.

Résultats :Les mouvements 3D du tronc et de l’épaule (gléno-huméral (GH) et scapulo-thoracique (ST)) étaient finement ajustés à la position de la cible. Les angles de rotation 3D globaux des articulations GH et ST variaient selon un rythme scapulo-humeral constant proche de 2/1. Trois composantes principales (1 : rotation interne et déplacement latéral et antérieur, 2 : tilt postérieur et déplacement inférieur, 3 : rotation latérale) pouvaient expliquer 76,5% de la variabilité du mouvement de la scapula. L’évaluation cinématique directe montre que la contribution du mouvement ST à l'espace de travail de la main est majeure (pouvant atteindre 15 cm) et dépend de la cible.

Discussion et conclusion :La mobilité ST contribue de manière significative à l'espace de travail de la main. Le rythme scapulo-huméral, classiquement décrit dans les mouvements planaires de l’épaule, peut être généralisé en 3D et reste constant pendant ces mouvements de pointage. La mobilité ST doit être prise en compte dans l’évaluation et la compréhension des mouvements du membre supérieur.

Mots clés : coordination, scapula, pointage, rythme scapulo-huméral