Programme

CO48-007

Communication Orale

Evolution des processus psychologiques et de la qualité de vie d'adultes cérébrolésés participant à un programme d'aide à la réinsertion sociale et professionnelle (UEROS-Aquitaine): une étude préiliminaire

Mlle Mathilde CARLSBERGa, Dr Michèle KOLECKa, Dr Laurent WIARTb, Mme Audrey SIMIONb, Dr Emmanuelle COSTEc, Mme Véronique SORIANOc, Dr Edwige RICHERb, Pr Jean-Michel MAZAUXb

a Laboratoire de Psychologie Santé et Qualité de vie EA 4139 Université de Bordeaux, b Hôpital Pellegrin CHU Bordeaux, c Centre Tour de Gassies

Introduction. Les lésions cérébrales engendrent de réelles difficultés de réinsertion sociale et professionnelle. Face à ces préoccupations, des Unités d’Evaluation, de Réentraînement et d’Orientation Socioprofessionnelle (UEROS) ont été mises en place. Notre recherche vise à étudier l’évolution des processus psychologiques et la qualité de vie des personnes admises dans le réseau UEROS-Aquitaine tout au long de la prise en charge en vue de mieux comprendre le retentissement de cette participation à ce programme d’aide à la réinsertion sociale et professionnelle. L’étude présentée, qui constitue un travail préliminaire de faisabilité, a pour objectif de comparer des sujets ayant participé au pôle neuropsychologique et des sujets ayant participé au pôle professionnel.

Méthodologie.Deux groupes ont été constitués : un groupe rencontré à l’entrée du réseau UEROS, au pôle neuropsychologique (PN, N=6) et un groupe rencontré au pôle professionnel (PP, N=9). Les sujets ont complété deux fois avec 3 mois d’intervalle des échelles génériques relatives à l’estime de soi, le sentiment d’auto-efficacité, la dépression, le coping et une échelle de qualité de vie spécifique aux traumatisés crâniens (QOLIBRI). Une ANOVA factorielle mixte a été utilisée afin de comparer les moyennes obtenues par les groupes aux 2 temps d’évaluation.

Résultats.Il n’y a pas de différences significatives entre PP et PN pour l’estime de soi, l’auto-efficacité et la dépression. Toutefois, PP présente une diminution significative du « Degré de gêne » relatif à la qualité de vie, aux émotions et à la condition physique comparativement à PN. Parmi les stratégies de coping, seule la Recherche de soutien social instrumental est significativement plus utilisée par PP que par PN.

Discussion.La construction d’un projet adapté permet d’améliorer certaines dimensions de la qualité de vie et favoriser un coping fonctionnel. Par ce dernier, centré sur le problème, les sujets paraissent se saisir du soutien de l’équipe pluridisciplinaire. Cet investissement pourrait aussi permettre de se décentrer de la douleur, dépasser maladresse et difficultés sensorielles, devenant alors moins « gênantes ». Cette étude vise à se poursuivre par une recherche longitudinale, à plus grande échelle. Elle permettra de préciser les liens existant entre processus psychologiques, qualité de vie et intégration communautaire.

Mots clés : lésion cérébrale, UEROS, réinsertion, processus psychologiques, qualité de vie