Programme

CO05-007

Communication Orale

Comment évaluer le besoin de prise en charge SSR pour les patients atteints d’un cancer ?

Dr Chloé TARNAUDa, Dr Adélaïde MARQUERb, Pr Paul CALMELSc, Mme Anne-Sophie DANGUINd

a Coordination SSR Rhône-Alpes, Hospices Civils de Lyon, b Coordination SSR et service MPR, CHU Grenoble, c Coordination SSR et service MPR, CHU de Saint-Etienne, d Agence régionale de Santé Rhône-Alpes

Objectif. Caractériser et quantifier les besoins de prise en charge en SSR de patients atteints d’un cancer pour améliorer les parcours de soins de la filière cancer.

Matériel/Patients. L’analyse a concerné tous les séjours MCO (PMSI) pour cancer en 2013 pour des patients adultes domiciliés en région Rhône-Alpes. Les séjours cancers ont été sélectionnés à partir de l’algorithme de l’Institut National du Cancer (ont été exclus les séjours pour surveillance, dépistage, antécédents de cancer, les tumeurs in situ et bénignes).

Méthodes. Pour préciser quels sont les types de besoin de prise en charge en SSR, une première étape a consisté à interroger les professionnels de santé impliqués dans la prise en charge du cancer. Cette définition clinique du besoin a été appliquée aux données PMSI pour sélectionner les séjours MCO correspondants, qui ont ensuite été chainés avec les bases PMSI SSR et HAD.

Résultats. Les besoins de prise en charge SSR pour cancer identifiés sont les suites de chirurgies carcinologiques et allogreffes de moelle osseuse, les soins palliatifs terminaux et les complications médicales en intercures de chimiothérapies ou radiothérapie. Ce besoin est fonction des facteurs socio-environnementaux des patients. Seules les suites de chirurgies carcinologiques lourdes (ORL délabrante majeure, colectomie totale, amputation du rectum,…) et les allogreffes de moelle osseuse requièrent systématiquement une prise en charge d’aval en SSR en raison de la lourdeur des soins et/ou pour rééducation et réadaptation spécifique.

PMSI : Parmi les 163138 séjours MCO pour cancer de patients survivants et non transférés dans un autre MCO, 1704 concernaient une chirurgie lourde du cancer ou une allogreffe de moelle osseuse avec un besoin systématique de SSR. Seuls 31% des séjours ont été suivis de SSR, avec de fortes disparités selon les hôpitaux et un accès au SSR variant de 91% à 6%. Pour les soins palliatifs (2796 séjours), 27% ont été suivis de SSR et 22% d’HAD avec également de fortes disparités territoriales.

Discussion. La caractérisation du besoin d’aval SSR pour cancer suite à une hospitalisation en MCO devrait permettre de contribuer à la construction d’une filière de soins cancer.

Mots clés : Cancer, parcours de soins, PMSI