Programme

CO41-005

Communication Orale

Maintenir le corps droit optimise l’évaluation de la verticale visuelle après AVC

Mme Céline PISCICELLIa, M. Julien BARRAb, M. Brice SIBILLEc, Mme Charlotte BOURDILLONc, M. Michel GUERRAZd, Pr Dominic PÉRENNOUe

a CHU Grenoble, MPR neurologique & Laboratoire de Psychologie et NeuroCognition, b Laboratoire Vision Action Cognition, c CHU grenoble, d Laboratoire de Psychologie et NeuroCognition, Université de Savoie, e CHU de Grenoble, MPR neurologique & Laboratoire de Psychologie et NeuroCognition

Objectif: La mesure de la verticale visuelle (VV), mesure de la cognition spatiale, est maintenant intégrée dans l’évaluation des troubles de posture [1,2]. Cependant, il n’existe aucune standardisation de cette mesure, notamment au regard des conditions d’installation posturale chez les patients qui ne maintiennent pas la position assise. Nous évaluons l’influence des conditions d’installation posturale lors de l’évaluation de la VV chez les patients AVC.

Méthode: L’orientation et la variabilité de la VV ont été évaluées chez 20 contrôles et 36 patients AVC hospitalisés en neuro-rééducation après un 1er AVC hémisphérique, dans 3conditions d’installation : non-maintenu (tronc et tête libres), partiellement maintenu (tronc maintenu, tête libre), ou maintenu (tronc et tête). La VV a été analysée en fonction de l’orientation du tronc et de la tête, également quantifiés.

Résultats: Les orientations du tronc et de la tête étaient indépendantes. L’autonomie de la posture assise était affectée par l’inclinaison du tronc. L’installation posturale avait un effet sur l’orientation et la variabilité de la VV chez les patients avec inclinaison contralésionnelle du tronc (n=11;orientation du tronc -18,4±11,7°). Le biais contralésionnel de VV était sévère et consistent dans les conditions ‘partiellement maintenu’ (-8,4±5,2°) et ‘maintenu’ (-7,8±3,5°), alors que des comportements individuels variés réduisaient le biais moyen dans la condition ‘non-maintenu’ (-3,6±9,3°,p<0,05). La variabilité de la VV était plus faible dans la condition ‘maintenu” (1,5±0,2°) que ‘non-‘ (3,7±0,4°,p<0,001) et ‘partiellement’ (3.6±0.2°,p<0.001) maintenu. L’installation posturale n’avait pas d’effet chez les sujets avec des capacités posturales satisfaisantes.

Conclusion: L’installation des sujets améliore la mesure de VV chez les patients AVC avec troubles de posture. Maintenir le tronc droit améliore la validité de l’orientation de VV, maintenir la tête droite améliore la validité de la variabilité intra-sujets. Mesurer VV sans aucun maintien du corps est valide chez les patients avec de bonnes capacités posturales.

[1] Pérennou DA, Mazibrada G, Chauvineau V, et al. Lateropulsion, pushing and verticality perception in hemisphere stroke: a causal relationship? Brain 2008; 131:2401-13.

[2] Bonan IV, Hubeaux K, Gellez-Leman MC, Guichard JP, Vicaut E, Yelnik AP. Influence of subjective visual vertical misperception on balance recovery after stroke. J NeurolNeurosurgPsychiatry 2007; 78:49-55.

Mots clés : perception de la verticalité, troubles posturaux, AVC, latéropulsion