Programme

P074

Communication Affichée

Evolution à long terme de l'état nutritionnel après traumatisme crânien grave

Mme Sara ARIASa, Pr Sophie JACQUIN-COURTOISa, Dr Sophie CIANCIAa, Pr Gilles RODEa, Pr Jacques LUAUTÉa

a CHU de Lyon, Hôpital Henry Gabrielle

Introduction :Après un traumatisme crânien grave, il existe fréquemment une dénutrition au stade initial. A long terme les conséquences du traumatisme crânien sur la nutrition sont moins connues. Les troubles du comportement alimentaire comme les perturbations endocriniennes peuvent être à l’origine d’une dénutrition persistante ou au contraire d’une prise de poids avec risque d’obésité. L’objectif de cette étude était de suivre l’évolution du statut nutritionnel chez des patients ayant présenté un TC grave et d’essayer de comprendre les déterminants d’éventuelles perturbations.

Matériel et Méthodes: Ce travail s’appuie sur un protocole de recherche dont l’objectif est de suivre de façon conjointe et prospective l’évolution des dosages hormonaux et des troubles cognitifs chez une cohorte de patients traumatisés crânien grave ou modérés (protocole InspireTC). Dans ce travail, nous nous sommes intéressés uniquement à l’évolution du poids, de la taille, de l’indice de masse corporelle, de l’albuminémie ainsi qu’à l’évolution des dosages hormonaux. Ces paramètres ont été recueillis à l’entrée dans le service de rééducation puis à 4 mois, 12 mois et 18 mois lorsqu’ils étaient disponibles chez les patients inclus dans le protocole Inspire TC entre 2011 et 2013.

Résultats :Dix patients ont été inclus. Au stade initial il existait une dénutrition biologique chez 60% des patients, un surpoids chez 10% des patients, un IMC normal chez 80% des patients, un IMC diminué chez 10% des patients. Tous les patients ont présenté une prise de poids au cours du suivi avec un surpoids à 18 mois chez 3 patients. Il existait des perturbations hormonales chez 44% des patients sur l’ensemble du suivi. Les 3 patients ayant présenté un surpoids avaient des lésions fronto-temporales, un syndrome dysexécutif, et avaient récupéré une autonomie à la marche. Parmi ces trois patients, un seul avait des perturbations hormonales.

Conclusion :Il existe une tendance à la prise pondérale après un TC grave. Les facteurs favorisants incluent la localisation fronto-temporale des lésions, et la présence de troubles exécutifs. Les troubles endocriniens comme la perte d’autonomie à la marche peuvent également jouer un rôle mais semblent moins déterminants.

Mots clés : traumatisme cranien grave, nutrition, troubles endocriniens