Programme

CO56-003

Communication Orale

Co-contractions spastiques des gastrocnemius medialis et peroneus longus durant la phase d’oscillation chez des enfants hémiparétiques

Dr Maria VINTIa, Pr Jean-Michel GRACIESa, Dr Andrea MERLOb, Dr Nicolas BAYLEa, Pr Elke VIEHWEGERc, M. Guillaume AUTHIERc, Pr Brigitte CHABROLd, Dr Christophe BOULAYc

a AP-HP, Service de Rééducation Neurolocomotrice, Hôpitaux Universitaires Henri Mondor, Créteil, b Movement Analysis Laboratory, Rehabilitation Department, Reggio Emilia Local Health Unit Correggio, Italy, c Laboratoire d'Analyse de la Marche, service de chirurgie orthopédique pédiatrique, CHU Timone Enfants, Marseille, d Service de neurologie pédiatrique, CHU Timone Enfants, Marseille

Introduction

La cocontraction spastique[1] est une des composantes de l’hyperactivité musculaire [1,2] dans la paralysie cérébrale. Une quantification électromyographique(EMG) du Gastrocnemius Medialis(GM) et du Peroneus Longus(PL) est réalisée pendant la phase d’oscillation (PO) chez des enfants hémiparétiques en équin-valgus lors du contact initial [3]. Pour chaque enfant,le côté sain est comparé au côté hémiparétique.

Matériel et Méthodes

Dix enfants hémiparétiques(3ans±1) ont eu un EMG de la marche au niveau des GM et PL. La PO est divisée par tiers (initiale-T1,milieu-T2,finale-T3). Dans chaque période, l'indice de cocontraction (ICC) [2]a été obtenu en calculant le rapport de la RMS (Root Mean Square) de chaque muscle pendant cette période et la valeur RMS observée lors des 500ms autour du pic de recrutement obtenu lors de la flexion plantaire dans la condition d'effort submaximal (debout sur la pointe des pieds).

Résultats

Les ICC des GM et PL pendant la PO sont plus élevés du côté parétique que du côté sain (Wilcoxon:CCIGM,p<0.01;CCIPL,p<0.01). En subdivisant la PO : du côté parétique, les ICC du GM augmentaient significativement au milieu et à la fin de PO (Wilcoxon:CCIGMT2,p<0.01;CCIGMT3,p<0.001); pour le PL, ils augmentaient significativement dès T1 pour se majorer en T2 et T3 (Wilcoxon:CCIPLT1,p=0.03; CCIPLT2,p=0.014;CCIPLT3,p<0.001).

Discussion et Conclusion

L’augmentation des cocontractions des GM et PL contribue à l’équin du côté parétique. L’augmentation des cocontractions du PL provoquerait en T3 le valgus de l’arrière-pied, l’abaissement du 1er métatarsien et la pronation de l’avant-pied expliquant l’équin valgus lors du contact initial. La quantification de la cocontraction du PL apporte un élément physiopathologique de son action délétère afin de cibler des actions thérapeutiques, notamment des injections de toxine botulique.

Références

[1]Gracies.Pathophysiology of spastic paresis.II:Emergence of muscle overactivity.Muscle Nerve2005;31:552-71.

[2]Vinti.Influence of effort intensity and gastrocnemius stretch on co-contraction and torque production in the healthy and paretic ankle.Clin Neurophysiol.2013;124:528-35.

[3]Boulay.Dynamic equinus with hindfoot valgus in children with hemiplegia.Gait Posture.2012;36:108-12.

Mots clés : Paralysie cérébrale; co-contraction spastique; équin; gastrocnemius medialis; peroneus longus; EMG