Programme

CO25-006

Communication Orale

Obésité et manutention : des capacités de soulèvement de charge conservées mais des capacités aérobies diminuées.

Dr Florence DOURY-PANCHOUTa, Dr Julien NARDOUXa, Dr Jean-Charles MÉTIVIERb, Pr Bernard FOUQUETa

a CHU Tours, b CHIC Château-Renault

Introduction : L’augmentation constante de la prévalence de l’obésité touche particulièrement les catégories socioprofessionnelles exposées aux activités de manutention (ouvriers, agriculteurs).

Objectif  : L’objectif de cette étude est de déterminer s’il existe des différences en terme de capacités de soulèvement de charge, de capacités aérobies et d’endurance des extenseurs spinaux, déterminants des capacités de manutention, entre patients obèses et non obèses sujets aux douleurs musculosquelettiques.

Matériel et Méthodes : Nous avons comparé les résultats aux tests de PILE, de Sorensen, et la VO2 au SV1 ainsi que la VO2max mesurées au cours d’une épreuve d’effort avec mesure de la VO2, chez 321 patients hospitalisés en service de Médecine Physique et Réadaptation pour réadaptation à l’effort dans le cadre d’un syndrome douloureux chronique.

Résultats : La masse maximale soulevée au test de PILE était plus élevée en valeur absolue chez les patients obèses (n = 65) comparativement aux patients non obèses (n = 166), différence à la limite de la significativité (p = 0.0472). En revanche, la masse maximale soulevée rapportée au poids du corps était significativement plus élevée chez les non obèses (p = 0.0397). Il n’y avait pas de différence pour le coût cardiaque relatif de ce test. Nous n’avons pas retrouvé de différence significative pour les résultats du test de Sorensen ni le coût cardiaque relatif de ce test entre patients obèses et non obèses. En revanche, on observe que les patients obèses ont une VO2max et une VO2 au seuil SV1 significativement plus faibles que les patients non obèses (respectivement p = 0.0001 et p = 0.0489).

Discussion : Les sujets obèses ont des capacités de soulèvement de charge conservées en valeur absolue, mais des capacités aérobies plus faibles que les sujets non obèses, témoignant d’une plus faible résistance à la fatigue, probablement expliquée par un état d’insulinorésistance sous-jacent.

Mots clés : obésité, manutention, VO2max, douleur chronique