Programme

CO46-003

Communication Orale

Intérêt d’une prise en charge précoce des enfants paralysés cérébraux au sein d'un réseau spécialisé

Pr Sameh GHROUBIa, Dr Wafa ELLEUCHa, Dr Samar ALILAa, Pr Fatma KAMMOUNb, Pr Nedia HMIDAc, Pr Chahinez TRIKIb, Pr Mohamed Habib ELLEUCHa

a Service de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Habib Bourguiba, Sfax, Tunisie, et Unité de recherche de l’évaluation des pathologies de l’appareil locomoteur UR12ES18, université de Sfax, b Service de neuropédiatrie, CHU Hedi Chaker, Sfax, Tunisie, c Service de néonatologie, CHU Hedi Chaker, Sfax, Tunisie

Objectif :

Montrer la supériorité d’une prise en charge spécialisée dans des réseaux particuliers et dès un âge précoce des enfants ayant une paralysie cérébrale (PC).

Matériels et méthodes :

Etude prospective incluant 100 nouveaux nés reconnus à risque de PC sur des critères cliniques et radiologiques ayant eu un suivi dès l’âge de 4 mois. Ils étaient répartis en 2 groupes selon la nature de prise en charge et du lieu d’habitat : G1 incluant des enfants avec prise en charge spécialisée et précoce au centre de l’association de sauvegarde et G2 incluant des enfants avec une prise en charge en externe de façon irrégulière. Tous ces enfants étaient régulièrement évalués particulièrement à 2 ans.

Résultats :

Le diagnostic de PC était retenu chez 62 enfants qui étaient répartis en 30 enfants dans le G1 et 32 enfants dans le G2. Ces 2 groupes étaient comparables pour les différents facteurs de risque étudiés soit l’âge gestationnel, le suivi et les complications de la grossesse, les circonstances de naissance, les complications post-natales et l’évaluation clinique à la sortie du service. L’évaluation à 2 ans montrait que le nombre d’enfants marchants dans G1 était plus important avec un âge d’acquisition de la marche plus jeune. Ces différences n’étaient pas significatives. Le développement de langage était meilleur dans G1 (p=0.01) avec une absence de langage dans 13.4 % dans G1 versus 28.1% dans G2. Le nombre d’enfants avec difficultés dans le développement cognitif était plus élevé dans G2 (p=0.02). Les troubles de comportements étaient plus nombreux dans le G2 avec une différence significative pour l’hyperactivité (p=0.014).

Discussion :

La prise en charge des enfants à risque de déficiences neuro-sensorielles demeure aujourd’hui une priorité éthique et de santé publique. L’intervention précoce tient une place particulière. Selon l’Académie européenne des déficiences de l’enfant, bien que son efficacité ne soit pas scientifiquement démontrée et que des méthodes d’évaluation appropriée manquent, elle est maintenant acceptée comme un droit [1]. Les résultats de cette étude confirment bien l’intérêt de la prise en charge précoce en milieu spécialisé.

[1]Bax M. Does “therapy” have a future? Dev Med Child Neurol 2001; 43:3.

Mots clés : paralysie cérébrale, enfant, prise en charge, réseau de soin, développement