Programme

CO14-003

Communication Orale

Parcours de soins et devenir fonctionnel 3 et 12 mois après AVC dans une cohorte populationnelle de 929 patients.

Dr Laure HUCHONa, Dr Anne TERMOZb, Dr Julie HAESEBAERTb, Pr Gilles RODEa, Pr Anne-Marie SCHOTTb

a Hôpital Henry Gabrielle, Hospices Civils de Lyon, b Pôle Information Médicale Evaluation et Recherche Clinique, Hospices civils de Lyon

Objectifs et Méthodes. Peu de données épidémiologiques portant sur une vaste population non sélectionnée et représentative des patients victimes d’accident vasculaire cérébral (AVC) sont disponibles. Une étude de cohorte populationnelle exhaustive à l’échelon du département du Rhône (1,7 millions d’habitants), incluant tous les patients adultes hospitalisés pour AVC ischémiques ou hémorragiques pendant 7 mois consécutifs a été réalisée. Les objectifs étaient la description des caractéristiques démographiques des patients et leur parcours de soins (phases pré-hospitalière, aiguë, et secondaire), l’évaluation de leurs limitations d’activités 3 mois et 12 mois après l’AVC par le Score de Rankin modifié (SRm) et l’Index de Barthel (IB), ainsi que l’identification des facteurs associés au SRm à 1 an par une analyse univariée puis multivariée.

Résultats. 929 cas d’AVC ont été recensés (697 AVC ischémiques, 232 AVC hémorragiques, âge moyen 74,1 ans, sex-ratio =1). Une régulation pré-hospitalière par le Centre 15 n’est intervenue que dans 44,5% des cas. 85,4 % des patients ont été initialement admis aux Urgences, contre 8,8 % en Unité Neuro-Vasculaire (UNV). Seulement 17% des patients ont bénéficié au cours de leur parcours d’une prise en charge en UNV, et plus de 55% n’ont pas été du tout hospitalisés en neurologie. Les taux de mortalité à 1 et 3 mois étaient respectivement de 12,1 % et 31% dans le groupe ischémique, et de 34 % et 52 % dans le groupe hémorragique, puis n’augmentaient pas entre le 3ème et le 12ème mois. Une évolution fonctionnelle favorable (SRm ≥ 2) était observée 1 an après l’AVC pour 47% des victimes d’AVC ischémiques et 34,6 % des victimes d’AVC hémorragiques. Parmi les survivants, l’IB moyen à 1 an était de 68,5. Un âge supérieur à 80 ans, le sexe féminin, et la présence initiale de critères de gravité étaient significativement associés à un risque plus élevé d’évolution défavorable.

Discussion. Dans cette étude d’une population exhaustive sur un département et suivie 1 an avec peu de perdus de vue, les résultats montrent une morbi-mortalité des AVC plus élevée que celle rapportée dans des études précédentes, et confirment le meilleur pronostic des AVC ischémiques.

Mots clés : AVC, Parcours de soins, Epidémiologie, Pronostic, Résultat fonctionnel, Limitations d’activité, Handicap, Mortalité