Programme

CO13-005

Communication Orale

Rééducation précoce et cyclo-ergomètre en unité de réanimation neurologique : étude pilote

M. François FEUVRIERa, Mme Margrit ASCHERa, Mme Marie ESPITALLIERb, Mme Christine CALVETa, Dr Pierre François PERRIGAULTb, Dr Véronique CARREa, Dr Claire DE LABACHELERIEa, Pr Isabelle LAFFONTa

a CHU GUI DE CHAULIAC, service de médecine physique et réadaptation, b CHU GUI DE CHAULIAC, Département d'anesthésie réanimation neurologique

Objectif: Déterminer la sécurité et la faisabilité de l'utilisation du cyclo-ergomètre en unité de réanimation neurologique.

Méthodes : Des patients cérébrolésés (accidents vasculaires cérébraux, traumatismes crâniens) ou blessés médullaires (compression médullaire), ventilés ou non, admis en unité de réanimation neurologique pour au moins un jour étaient inclus. Une équipe multidisciplinaire comprenant une kinésithérapeute ,une ergothérapeute, des infirmières, des réanimateurs, et un médecin MPR analysaient les indications de rééducation précoce, spécialement l'exercice de pédalage via un cyclo-ergomètre. Cette technique faisait partie d'un ensemble de moyens de rééducation précoce au sein de l'unité de réanimation tels que les mobilisations, l'électrostimulation neuromusculaire, l'ergothérapie, les transferts lit-fauteuil. Le cyclo-ergomètre utilisé était le MOTOmed et donnait la possibilité de réaliser des sessions passives, assistées et actives contre résistance. La sécurité (contre-indications et effets secondaires) et la faisabilité (contraintes temporelles, accessibilité, modes d'utilisation) de l'utilisation du MOTOmed étaient évaluées.

Résultats: Durant 40 jours, 49 sessions de pédalage passif et 21 sessions de pédalage actif étaient réalisées. Deux patients utilisaient le MOTOmed chaque jour. Entre un et sept patients sur un total de 18 étaient en mesure d'utiliser le cyclo-ergomètre au moins un jour. L'installation nécessitait 10 minutes. Une infirmière intervenait et ajustait la dérivation ventriculaire externe si nécessaire. Chaque session durait 30 minutes. Le MOTOmed analysait la durée des modes passifs et actifs, l'équilibre de force entre les deux membres inférieurs, la dépense calorique. La résistance et la vitesse pouvaient être modifiées. Les contre-indications étaient : une voie veineuse ou artérielle fémorale, une fragilité cutanée, une agitation ou une complication médicale aigüe. Les contre-indications relatives étaient : isolement bactérien, dérivation ventriculaire externe. Seulement deux effets secondaires ont été relevés : une désaturation et des lésions cutanées.

Conclusion : La littérature sur la rééducation précoce en réanimation neurologique est pauvre. L'exercice de pédalage des patients ayant une sévère atteinte cérébrale ou médullaire est sûr et réalisable en unité de réanimation neurologique. D'autres recherches sont nécessaires pour confirmer et évaluer l'efficacité du cyclo-ergomètre dans la prévention de la spasticité et de la fatigabilité musculaire au sein de cette population avec atteintes neurologiques centrales sévères.

Mots clés : rééducation précoce, réanimation neurologique, cyclo-ergomètre, cérébrolésion, atteinte médullaire