Programme

CO49-005

Communication Orale

Evaluation de la reprise de la conduite automobile après lésion cérébrale acquise : une expérience garchoise

M. Cyrille PAILLATa, Mlle Angèle MASSONNEAUb, Pr Philippe AZOUVIb, Dr Anne-Claire D'APOLITOb

a Antenne UEROS-Ugecam, b Hôpital R. Poincaré - Pôle Rééducation-handicap

Objectif. Description des pratiques d’évaluation des capacités de conduite automobile après lésion cérébrale acquise et mise en évidence des facteurs déterminant les possibilités de reprise de la conduite.

Matériel et méthode. 56 patients victimes de traumatisme crânien (TC) ou d'accident vasculaire cérébral (AVC) évalués entre 2010 et 2013 dans le cadre de la consultation pluridisciplinaire externe (hôpital R. Poincaré, Garches), associant une évaluation médicale afin d’éliminer d’éventuelles contre-indications à la reprise de la conduite automobile et d’évaluer le besoin éventuel d’un aménagement du véhicule, un bilan neuropsychologique (BNP) et une évaluation sur route. Etude des facteurs personnels (sexe, âge, niveau d’études, expérience de conduite), médicaux (type de pathologie, délai depuis l’accident, durée du coma, amnésie post-traumatique), fonctionnels (aménagement du poste de conduite) et cognitifs à partir des résultats du BNP, pouvant influencer les capacités de reprise de la conduite automobile.

Résultats. 34 des 56 patients (61%) recueillent un avis favorable à la reprise de la conduite à l’issue de leur évaluation. Cette étude met en avant l’impact de plusieurs facteurs sur les capacités de reprise de la conduite automobile après lésion cérébrale acquise : délai depuis la lésion cérébrale; sévérité du TC ; séquelles fonctionnelles nécessitant des aménagements au poste de conduite ; troubles cognitifs. Les personnes recevant un avis favorable après le test sur route obtiennent des performances significativement meilleures lors du BNP, sans qu’aucune épreuve considérée individuellement ne permette de prédire de manière infaillible le résultat final. Les mesures des temps de réponses dans les tests neuropsychologiques sont les plus sensibles.

Conclusion. Cette étude conforte l’importance d’une évaluation globale, associant une mise en situation sur route aux évaluations cliniques, fonctionnelles et cognitives, pour apprécier les capacités de reprise de la conduite après lésions cérébrale acquise.

Mots clés : conduite automobile ; accident cérébral ; troubles cognitifs