Programme

CO41-006

Communication Orale

Etude de fiabilité de la Verticale Visuelle chez les patients AVC

Mme Céline PISCICELLIa, M. Julien BARRAb, Dr Patrice DAVOINEc, Dr Anne CHRISPINc, Pr Sylvie NADEAUd, Pr Dominic PÉRENNOUe

a CHU Grenoble, MPR neurologique & Laboratoire de Psychologie et NeuroCognition, b Laboratoire Vision Action Cognition, c CHU Grenoble, MPR Neurologique, d École de réadaptation, Université de Montréal & Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation (CRIR), e CHU de Grenoble, MPR neurologique & Laboratoire de Psychologie et NeuroCognition

Objectif: La Verticale Visuelle (VV) est de plus en plus utilisée en routine clinique pour identifier les altérations de la perception de la verticale comme cause potentielle des troubles posturaux après AVC. Cette étude vise à déterminer la fidélité inter- et intra-évaluateurs de la VV, ainsi que la fidélité inter-essais.

Méthode: Dans une 1ère étude, 20 patients en neuro-rééducation sont testés en phase subaigue d’un 1er AVC hémisphérique. Pour évaluer la fidélité inter-évaluateurs, VV était évaluée le même jour par 2 évaluateurs dont le degré d’expertise variait. Le second évaluateur répétait le test le lendemain afin d’investiguer la fidélité intra-évaluateur. L’orientation de VV (moyenne, critère principal) et l’incertitude (écart-type, critère secondaire) étaient calculés sur 10 essais. Leur fidélité était quantifiée par un coefficient de corrélation intra-classe [CCI], une analyse de Bland-Altman et le changement minimal détectable (CMD).La concordance entre deux évaluateurs était estimée par les coefficients de Kappa (κ). Dans une 2nde étude, la fidélité inter-essais était évaluée chez 117 patients AVC par les CCI et l’erreur standard de mesure [ESM].

Résultats: Dans l’étude 1, concernant VV orientation, les fidélités inter- et intra-évaluateurs étaient excellentes (CCI=0,979 and 0,982).Les Bland-Altman et le CMD révélaient une différence inférieure à 2° entre deux tests. La concordance entre deux évaluations pour le diagnostic d’une orientation anormale de VV était absolue pour le même évaluateur (κ=1;p<0,05) et excellente entre deux évaluateurs (κ=0,92;p<0,05).Pour VV incertitude, la fidélité intra-évaluateur était satisfaisante (CCI=0,836) mais la fidélité inter-évaluateur était faible (CCI=0,211). Dans l’étude 2, une haute fidélité inter-essais requérait un minimum de 8essais (n=48 ;CCI=0,909; ESM=1,18°) pour les patients avec biais contralésionnels de VV, alors qu’un minimum de 6 et 10essais était requis pour les patients avec biais ipsilésionnels (n=17 ;CCI=0,896; ESM=0,96) et les patients avec perception normale (n=52 ;CCI=0,728; ESM=1,13).

Conclusion: L’orientation de VV est un critère hautement fiable, qui peut être utilisé en recherche et en pratique clinique. Ce critère peut être correctement estimé par un nombre d’essais entre 6 et 10 chez les patients AVC. Dix essais sont néanmoins recommandés pour des comparaisons entre sous-groupes de patients ayant des profils différents concernant la perception de la VV.

Mots clés : cognition spatiale, propriété psychométrique, perception de la verticalité, rééducation