Programme

CO30-003

Communication Orale

TOWER : méthodologie et résultats d’une étude de titration de dose avec Xeomin (jusque 800U) dans le traitement de la spasticité du membre supérieur et inférieur

Pr Djamel BENSMAILa, Dr Nicolas ROCHEa, Pr Isabelle LAFFONTb, Dr Flavia COROIANb

a Hôpital Raymond-Poincaré (AP-HP), b CHU de Montpellier

Contexte : Selon les recommandations, les injections de toxine botulinique sont considérées comme le traitement de première intention de la spasticité focale. Dans les cas de spasticité sévère à la fois au membre supérieur et inférieur ou de spasticité multifocale, les doses requises pour répondre aux besoins des patients peuvent nécessiter une dose totale excédant celles actuellement approuvées, qui sont en France 360U pour onabotulinumtoxinA, 400U pour incobotulinumtoxinA et 1500U pour abobotulinumtoxinA. Par conséquent, le traitement de la spasticité multifocale demeure un challenge qui augmente avec le nombre de patterns à traiter. Les médecins peuvent alors avoir à prioriser le traitement de certains patterns avec un risque de ne pas atteindre les objectifs définis ou de limiter le nombre d’objectifs.
Méthodologie : TOWER est une étude prospective, en ouvert, non-randomisée, simple-bras, multicentrique de phase III de titration de dose dont l’objectif est d’évaluer la tolérance et l’efficacité de la toxine incobotulinumtoxinA chez des patients atteints de spasticité d’origine cérébrale pour lesquels une dose totale de 800U pourrait être requise. L’étude se divise en 3 cycles d’injection avec une dose de 400U au cycle 1, 600U au cycle 2 et jusque 800U au cycle 3 avec une dose maximale par membre de 400U au cycle 1 et 600U aux cycles 2 et 3.
Résultats : 155 patients âgés de 18 à 80 ans atteints de spasticité unilatérale d’origine cérébrale au membre supérieur et inférieur et évalués par les investigateurs comme nécessitant potentiellement une dose totale d’incobotulinumtoxinA de 800U ont participé dans 30 sites au Canada, France, Allemagne, Italie, Norvège, Portugal, Espagne et USA. Les résultats du cycle à 800U montrent que le nombre de patterns traités est plus élevé à ce cycle que lors du cycle à 600U. Les mêmes résultats sont retrouvés entre le cycle à 600U et à 400U.
Conclusion : Les résultats de l’étude TOWER vont permettre de répondre à la question de la sécurité d’emploi et des bénéfices des injections de doses d’incobotulinumtoxinA pouvant aller jusqu’à 800U chez des patients atteints de spasticité multifocale.

Mots clés : toxine botulinique; spasticité multifocale; doses élevées; tolérance