Programme

CO35-005

Communication Orale

La composante verticale totale des forces de réaction au sol durant le passage assis-debout au décours d'un accident vasculaire cérébral est-elle un invariant?

M. Sébastien BAILLIEULa, Pr Abdellatif EL FATIMIb, Pr Sylvie NADEAUc, Pr Dominic PERENNOUa

a CHU de Grenoble - Hôpital Sud - Institut de Rééducation, b CHU IBN ROCHD CASABLANCA, c Institut de Réadaptation Gingras-Lindsay de Montréal (IRGLM) et Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation (CRIR)

Introduction :

L’asymétrie de mise en charge lors de l’exécution de la tâche de passage assis-debout (PAD) est fréquente après un accident vasculaire cérébral (AVC) (poids moindre appliqué sur le membre atteint). Chez les sujets sains, la somme des composantes verticales des forces de réaction au sol (CVFRS) est un invariant. Cette étude cherche à déterminer la persistance du caractère invariant de cette somme post-AVC et analyse la coordination de l’application des CVFRS.

Méthode :

11 sujets ayant présenté un AVC de manière subaiguë (moyenne (±ET) délai post-AVC: 80.4 (± 46) jours) et 9 sujets sains volontaires appariés pour l’âge ont été inclus. Trois répétitions d’une tâche de PAD à partir d’une chaise sans dossier, dont la hauteur était ajustée pour obtenir 90° de flexion de genou. Les sujets devaient se lever à leur propre vitesse, mains jointes et bras tendus en avant. Une plateforme de force était positionnée respectivement sous chaque pied laissé nu, la fréquence de recueil des CVFRS était de 50 HZ, les données cinématiques du tronc et des membres inférieurs étant recueillies simultanément par un système VICON. La détermination de la durée de la tâche de PAD se basait sur la vitesse angulaire de hanche. Une analyse statistique non-paramétrique ainsi que les fonctions d’inter-corrélations (FIC) nous ont permis de comparer les caractéristiques des CVFRS totales inter-groupes et leur coordination inter-membres.

Résultats :

L’exécution du PAD était allongée post-AVC (3273 vs 2467 ms) et la mise en charge asymétrique (67.6% vs 32.4%) comparativement aux sujets sains (50.1% vs. 49.9%). Les valeurs maximales des CVFRS totales ne différaient pas (AVC : 123.8% du poids du corps (PC) vs. sujets sains : 120.2 % PC, p=0.79) de même que leur occurrence (35% vs. 36% de la durée du PAD, p=0.52). L’analyse des FIC retrouvait une coordination des CVFRS inter-membres après AVC, toutefois moindre que chez les sujets sains (coefficient de corrélation = 0,83 vs. 0,94, p = 0,007).

Conclusion :

L’exécution du PAD post-AVC présente des invariants. La CVFRS totale semble ainsi être une composante importante du contrôle du mouvement, et ce malgré l’asymétrie de mise en charge.

Mots clés : Accident vasculaire cérébral, passage assis-debout, invariance, forces de réaction au sol