Programme

CO03-003

Communication Orale

Intérêt et place des tests de terrain en réadaptation cardiaque

Pr Vincent GREMEAUXa

a CHU Dijon

L’évaluation des capacités physiques est importante dans les affections cardiovasculaires chroniques, s’accompagnant d’une intolérance à l’effort réduisant les capacités physiques. Les tests d’effort maximaux restent la référence, car permettent d’écarter les contre-indications au réentraînement, d’adapter si besoin les thérapeutiques, de mesurer les capacités maximales, en terme de fréquence cardiaque, puissance maximale ou pic de VO2. Cependant ils nécessitent des moyens humains et techniques, et donc un surcoût financier, qui limitent leur répétabilité. Par ailleurs, ils peuvent ne pas être bien tolérés chez des patients présentant une atteinte cardiovasculaire sévère, des co-morbidités, et/ou un âge avancé. De plus ils ne sont pas représentatifs des capacités fonctionnelles en milieu de vie habituel. En conséquence, des tests de terrain, ainsi que l’évaluation de la force musculaire, associés à un recueil de paramètres physiologiques, peuvent être proposés comme une alternative pour évaluer l’intolérance à l’effort. Il s’agit essentiellement de tests de marche qui ont pour objectif d’évaluer la tolérance et l’aptitude à l’effort à partir d’une vitesse ou d’une distance de marche. Ces tests peuvent être maximaux ( souvent à vitesse croissante imposée), ce qui, dans les pathologies cardiaques, permet de donner une idée du pronostic (prédiction du pic de VO2), ou sous-maximaux à vitesse constante ou librement choisie par le patient (test de marche de 6 minutes). Ces tests sous-maximaux sont des tests de performance mesurant la réponse à une activité standardisée typiquement rencontrée dans la vie quotidienne. Cette évaluation peut être réalisée avant/après une intervention (chirurgicale, médicamenteuse, rééducative) afin d’en apprécier les effets. Elle peut également aider à évaluer la qualité de vie et pourrait constituer un outil de personnalisation des programmes de réentraînement. Les tests de terrain présentent l’avantages d’être simples, bien tolérés, demandent peu d’expertise et d’équipement, et apparaissent bien reliés aux activités quotidiennes. Ils présentent souvent une corrélation modeste avec le pic de VO2, et apparaissent très influencés par influence la familiarisation et la motivation. L’objectif de cette mise au point est de décrire les principaux tests de marche utilisés en RCV, leurs propriétés psychométriques et leurs intérêts en pratique clinique, en complément voire remplacement des épreuves d’effort maximales.

Mots clés : Réadaptation cardiaque, évaluation, tests de terrain, capacités physiques.