Programme

CO42-003

Communication Orale

La musique : du frisson aux fonctions cérébrales et à la rééducation?

Pr Pierre-Alain JOSEPHa, Dr Bertrand GLIZEa, Dr Mélanie COGNÉa, Pr Pierre BURBAUDb

a CHU Bordeaux - Service de Médecine Physique et Réadaptation, EA 4136 Université Bordeaux, b Service d’Explorations Fonctionnelles du Système Nerveux Institut des maladies neurodégénératives CNRS UMR 5293 Université Bordeaux

La musique engage des phénomènes multiples et nous connaissons ainsi sa capacité à mobiliser des traces mnésiques, des mouvements ou des émotions. L’entrée par le système auditif est un des outils experts du cerveau pour le temps et il enclenche des processus de communication, cognitifs et sensorimoteurs complexes. Dans un modèle inverse, la perception sonore engage une prédiction et une simulation des aspects physiques moteurs et spatiaux impliqués. Des modèles internes apportent un flux d’information de l’action vers la perception, en permettant l’anticipation de la réponse sensorielle attendue à la suite de l’action envisagée ou réalisée. Au-delà des aspects liés à l’action, les études cognitives montrent que les musiciens ont des capacités augmentées dans divers traitements cognitifs comme plusieurs composantes de l’attention visuelle. Les stimuli musicaux ou sonores apparaissent donc comme un excellent support pour étudier l’impact d’approches globales multimodales. Les humains sont très performants pour détecter des variations des entrées sensorielles. En cas de perturbation motrice, le retentissement sur la perception et la reconnaissance des sons et de la musique est considérable. Dans une perspective restauratrice, de nombreuses études suggèrent l’effet de l’entrainement musical sur l’organisation structurelle et fonctionnelle cérébrale. L’expérience auditive, via la modulation et l’amplification des stimuli par des logiciels adaptés, peut ainsi modifier les capacités fonctionnelles.
Nous avons ainsi exploré l’impact sur une tâche de navigation (supermarché virtuel VAPS) de stimuli auditifs contextuels et non contextuels après lésion cérébrale acquise. L’effet était hétérogène selon les déficits des patients, mais les résultats suggéraient que ces stimuli pouvaient aider les sujets avec troubles dysexécutifs. Les patients avec des troubles de localisation ou négligence auditive tiraient bénéfice des stimuli contextuels auditifs. L’impact des informations auditives associées aux tâches doit donc être mieux compris et pourrait permettre une rééducation plus efficace avec un entrainement approprié.

Herholz SC, Zatorre RJ. Musical training as a framework for brain plasticity: behavior, function, and structure. Neuron. 2012 Nov 8;76(3):486-502.

Rodrigues AC, Loureiro MA, Caramelli P. Long-term musical training may improve different forms of visual attention ability. Brain Cogn. 2013 Aug;82(3):229-35.

Mots clés : auditory system; neural plasticity ; cognition; internal model ; training ; virtual reality