Programme

CO21-004

Communication Orale

Programme d’étirement appliqué à l’épaule raide : conséquences fonctionnelles

Pr Bénédicte FORTHOMMEa, Pr Jean-Louis CROISIERa, M. Pierre COLLIGNONa, M. Luc STEINMETZa, Mme Gaëlle ASTROa, Dr Jean-François KAUXa, Pr Olivier BRULSb, Pr Vincent DENOELb, Dr Cédric SCHWARTZb

a Département des Sciences de la Motricité - Université de Liège, b Faculté des Sciences appliquées - Université de Liège

Les athlètes de lancer présentent une mobilité passive gléno-humérale de l’épaule dominante spécifique avec une majoration de la rotation externe et une limitation de la rotation interne. La limitation interne semble liée à une raideur capsulo-musculaire postérieure, favorisant les pathologies de l’épaule sportive.

Matériel et méthodes

Vingt hommes, sportifs d’armer / lancer (volley-ball, handball) et pratiquant au moins 6 heures d’entraînement depuis plus de 5 années ont participé à cette étude. Ils présentaient tous une raideur des structures postérieures évaluée en clinique. Lors de l’inclusion dans l’étude, 10 athlètes (22,5 ± 4 ans) étaient asymptomatiques, 10 (24,8 ± 4 ans) présentaient une épaule dominante symptomatique (≥ 3/10 sur l’EVA). Les athlètes ont étiré chaque jour leur épaule dominante (sleeper stretch et cross body arm) pendant 4 semaines (5 x 30’'). Avant et après le programme d’étirement des structures postérieures, ils ont subi un test isocinétique de force maximale des rotateurs internes et externes ainsi qu’une analyse tridimensionnelle définissant la cinématique scapulaire.

Résultats

Après 4 semaines d’étirement des structures postérieures, tous les athlètes ont montré un gain significatif de mobilité en rotation interne passive. Nous n’observons aucune modification de la cinétique scapulaire lors de l’analyse 3D après les étirements chez les athlètes asymptomatiques ; les athlètes symptomatiques présentent une diminution du tilt antérieur scapulaire au repos après les 4 semaines. L’évaluation isocinétique des rotateurs d’épaules après les étirements montrent uniquement une légère réduction (- 4% ; p < 0,05) de la force des rotateurs internes à 60°/s en concentrique chez les athlètes asymptomatiques. Les sportifs qui décrivaient des douleurs avant les étirements sont significativement améliorés après le programme de 4 semaines ; cette diminution de la douleur est corrélée au gain en rotation interne passive.

Discussion

L’étirement pendant 4 semaines des structures postérieures de l’épaule raide sportive permet une augmentation de la mobilité passive. Ce gain de mobilité est corrélé à la diminution de la douleur chez les athlètes symptomatiques.

Mots clés : épaule, raideur postérieure, étirements, 3D, isocinétisme