Programme

CO11-003

Paraostéoarthropathie Neurogène (POAN) et compressions nerveuses: exemple de la POAN postérieure de hanche et compression sciatique

Mlle Marjorie SALGAa, Dr Marie-Christine DURANDa, Dr Claire JOURDANa, Dr Alexis SCHNITZLERa, Dr Philippe DENORMANDIEa, Dr Francois GENETa

a CHU Raymond Poincaré

Introduction: La hanche est la localisation de POAN gênante la plus fréquemment concernée. Une compression du nerf sciatique peut s’observer lorsque la POAN est postérieure1. L’objectif de ce travail est de décrire les modalités diagnostiques ainsi que les caractéristiques des POAN postérieures de hanche avec compression du nerf sciatique.

Matériel et Méthode: Cette étude monocentrique a utilisé la base de données « BANKHO » incluant 367 patients soit 549 interventions chirurgicales pour POA gênantes après lésions du SNC (de 1994 à 2011). Les caractéristiques des patients, des lésions du SNC, la localisation des POA, l'indication chirurgicale, les résultats des examens complémentaires et l’aspect macroscopique nerveux peropératoire ont été recueillis.

Résultats: 45 patients ont été opérés de 55 POAN postérieures de hanche. L’examen clinique permettait de suspecter une lésion du nerf sciatique pour 12 POAN. 11 POAN ont été opérés pour compression nerveuse associée ou non à une rigidité ou une douleur de hanche.  Le nombre de chirurgies pour compression nerveuse sont les mêmes dans les différents groupes d’étiologies de patients. Les cérébrolésés diffus sont plus souvent opérés pour « raideur » alors que les cérébrolésés focaux le sont pour « coxalgies » (p=0,03). 10 électromyogrammes collectés ont montré des signes de souffrance nerveuse. Après la chirurgie, le nombre de patients marchant sans aide technique est passé de 1 à 7 ; il a doublé chez les patients nécessitants une aide à la marche et la position assise a été possible dans 100% des cas.

Conclusion: La compression du nerf sciatique par une POA postérieure de hanche après lésion du SNC n'est pas fréquente. Un diagnostic précoce à pour but de restaurer une fonction neurologique après la chirurgie. L’EMG est utile en cas d’absence de signes cliniques notamment chez les patients atteints de troubles cognitifs.

 

1-Abayev, B., E. Ha, and C. Cruise, A sciatic nerve lesion secondary to compression by a heterotopic ossification in the hip and thigh region--an electrodiagnostic approach. Neurologist, 2005. 11(3): p. 184-6.

Mots clés : Paraostéoarthropathie, compression nerveuse, nerf sciatique