françaisenglish

Programme

Communication affichée

Pathologie liée à la pratique du sport

PO15-002 - Cas clinique, instabilité de la cheville et peroneus quartus

Dr Guillaume LOTITO – POLE DE MEDECINE PHYSIQUE ET DE READAPTATION ET MEDECINE DU SPORT HOPITAL LA TIMONE – MARSEILLE, FRANCE
Dr Herrvé COLLADO – POLE DE MEDECINE PHYSIQUE ET DE READAPTATION ET MEDECINE DU SPORT HOPITAL LA TIMONE – MARSEILLE, FRANCE
Dr Jacques PRUVOST – POLE DE MEDECINE PHYSIQUE ET DE READAPTATION ET MEDECINE DU SPORT HOPITAL SALVATOR – MARSEILLE, FRANCE
Dr Jean-Marie COUDREUSE – POLE DE MEDECINE PHYSIQUE ET DE READAPTATION ET MEDECINE DU SPORT HOPITAL SALVATOR – MARSEILLE, FRANCE
Dr Laurent BENSOUSSAN – POLE DE MEDECINE PHYSIQUE ET DE READAPTATION ET MEDECINE DU SPORT HOPITAL LA TIMONE – MARSEILLE, FRANCE
Pr Jean-Michel VITON – POLE DE MEDECINE PHYSIQUE ET DE READAPTATION ET MEDECINE DU SPORT HOPITAL LA TIMONE – MARSEILLE, FRANCE
Pr Alain DELARQUE – POLE DE MEDECINE PHYSIQUE ET DE READAPTATION ET MEDECINE DU SPORT HOPITAL LA TIMONE – MARSEILLE, FRANCE

Introduction

L’instabilité chronique de cheville est un motif fréquent de consultation en médecine physique et de réadaptation. Parmi les structures anatomiques impliquées dans la stabilité de la cheville, les muscles fibulaires tiennent une place de choix. De nombreuses variations anatomiques de leurs tendons ont été décrites, parfois responsables d’instabilité. Le peroneus quartus est l’une des plus fréquentes.

L’objectif de ce cas clinique est de discuter l’imputabilité de la présence d’un quatrième fibulaire bilatéral, chez un patient souffrant d’instabilité chronique.

 

Observation

Il s’agit d’un patient de 26 ans venant consulter pour des épisodes d’entorses latérales à répétition.

L’examen clinique retrouve une hyperlaxité en varus bilatérale, modérée, prédominant à droite et un déficit bilatéral de force musculaire des fibulaires.

Le bilan d’imagerie a mis en évidence la présence d’un muscle peroneus quartus bilatéral. L’électroneuromyogramme des muscles fibulaires est normal.

 

Discussion

L’incidence du peroneus quartus varie selon les séries de 10 à 22%. Le plus souvent, ce muscle surnuméraire est asymptomatique et de découverte fortuite. Cependant quelques cas de douleurs chroniques de cheville ou d’instabilité ont été rapportés dans la littérature.

Conclusion

Il nous semble intéressant de discuter chez ce patient la responsabilité de ce muscle dans l’instabilité devant la persistance d’un déficit de force des muscles fibulaires malgré un travail de renforcement adapté, en l’absence de lésion neurologique. L’une des hypothèses que nous évoquons est celle précédemment décrite de « crowding effect » au sein de la gaine des fibulaires.

retour
© 2014 Atout Organisation Science